10 minutes d’Ancestors: The Humankind Odyssey, le nouveau jeu du cocréateur d’Assassin’s Creed | Pèse sur start
/homepage

10 minutes d’Ancestors: The Humankind Odyssey, le nouveau jeu du cocréateur d’Assassin’s Creed

Le studio Panache Digital Games, cofondé par le cocréateur d’Assassin’s Creed Patrice Désilets, développe son tout premier jeu qui explorera les origines de l’humanité. Le jeu de survie Anscestors: The Humankind Odyssey (arrêtez de penser à Assassin’s Creed Odyssey) devrait sortir en 2019 sur PC, Xbox One et PS4 pour 39,99$.   

J’ai eu la chance d’y jouer environ 2 heures aux bureaux de Panache à Montréal. Je ne savais pas trop les détails sur Ancestors; je me rappelais pas mal juste du dévoilement aux Game Awards de décembre.     

L’histoire d’Ancestors, qui est en fait l’histoire de l’humain, commence 10 000 000 d’années dans le passé. Ouais, ce n’est pas un jeu pour les gens qui croient que la terre a 4 000 ans. Vous incarnez des singes qui devront explorer, apprendre, transmettre leurs connaissances et, finalement, survivre. Et ça ne sera pas facile, même si vous tentez de mettre toutes les chances de votre côté avec un mode facile et un HUD d'aide.   


  

Quelle est l’histoire? C’est quoi le but?    

Un jeu de survie, c’est un peu différent qu’un jeu d’action/aventure, même si celui-ci est open world. L’objectif peut sembler vague, pourtant il est écrit dans le titre du genre: il faut survivre! Après ça, c'est aux développeurs d'élaborer sur ce concept. Ça peut sembler étrange, mais certains des titres les plus intéressants et populaires des dernières années ont été des «survivals».     

Patrice Désilets a une approche un peu plus philosophique et même poétique au concept. Même s’il a intégré quelques options pour guider le joueur à différents niveaux, le jeu ne vous tient vraiment pas par la main. Après une courte introduction, on vous lance dans le vide sans vous dire «bonne chance». Le joueur incarnant un singe devra trouver de la nourriture, boire et dormir. La base, quoi.     

Mais, l’humain est bien plus que ses instincts de base. Alors, quand on demande c’est quoi «l’histoire du jeu», on apprend rapidement que l’histoire est pas mal celle que l’on veut. La «réussite» ne s'obtient en allant d’un point A au point B, mais bien en ayant appris quelque chose durant le trajet. Ou comme disait Miley Cyrus dans la chanson The Climb, ce n’est pas ce qui nous attend de l’autre côté qui est important; c'est la montée.   

Soyons honnêtes: l’expérience peut être brutale. Dans un cas comme Ancestors, ça se pardonne parce qu’on y voit presque une métaphore pour la vie préhistorique. Vous allez mourir, souvent, et parfois même en étant très attentif et vigilant. Vous allez peut-être tuer votre tribu au complet. Mais, ultimement, ce sera récompensé. Votre expérience ne sera pas la même que celle de votre voisin.    

En deux heures, je n’ai probablement même pas vu 1% de ce qu’Ancestors peut faire, et c’est ça qui m’intéresse. C’est trop peu de temps pour tomber en amour avec ce jeu, qui mérite un bon 10 heures pour une première impression. Ça va décourager certains gamers, c’est certain. Mais pour une flâneuse comme moi qui perd sont temps à explorer chaque recoin dans tous les jeux, c’est idéal. Soyez généreux lors de votre première session et donnez à Ancestors plus que deux heures!
  

Ancestors: The Humankind Odyssey, 10 minutes de gameplay  

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus