25 faits percutants sur «Street Fighter II» | Pèse sur start
/homepage

25 faits percutants sur «Street Fighter II»

Œuvre qui aura formé plusieurs joueurs — et pouces — aux préceptes des jeux de combat, Street Fighter II célèbre son 25e anniversaire cette année.

Histoire de souligner l’événement — et des semaines avant la parution du très attendu cinquième chapitre de la série — Polygon dévoilait récemment les coulisses de sa création.

Voici 16 faits méconnus à retenir de ce dossier... et 9 autres ajoutés pour en arriver à 25!

#1: «Street Fighter [1]» est un sujet tabou

Le premier jeu de la série n’a pas eu le succès escompté, car sa première incarnation dépendait d’un système de contrôle particulier. Plutôt que d’utiliser des boutons pour actionner les coups des combattants, les joueurs d’arcade devaient frapper des coussins à l’aide de leurs poings. Évidemment, plusieurs «gamers» se sont blessés.

#2: «Street Fighter 2» se voulait un doigt d’honneur à Capcom

Constatant l’engouement derrière «Final Fight», Capcom a demandé au développeur Yoshiki Okamoto une suite au fameux jeu de baston. Okamoto, qui est considéré comme un «anarchiste» par plusieurs de ses collègues, a préféré «désobéir» à ses patrons en proposant un second chapître à un autre jeu de l’entreprise: le malaimé «Street Fighter».

#3: Une raison pour expliquer son succès: un intérêt marqué pour les joueurs

En entrevue, Okamoto confie que peu de joueurs d’arcades s’amusaient vraiment à l’époque. «Une partie de Space Invaders coûtait 1 $ et se terminait rapidement parce qu’on y bombardait les joueurs. Les propriétaires de salles étaient contents, les créateurs de jeu, mais pas les joueurs. On voulait trouver créer qui plairait à tout le monde.» D’où l’idée d’en venir à un jeu de combat où un «gamer» peut affronter l’autre.

#4: Le jeu aurait put être incroyablement sexiste...

Au départ, Okamoto voulait que Chun-Li soit moins endurante, «car les femmes ne sont pas aussi fortes». Heureusement, il s’est ravisé.

Source: Shinkiro/Wikimedia Commons

#5:... pour finalement s’avérer un brin fétichiste!

Lorsqu’une collègue du directeur artistique Akira Yasuda lui a demandé pourquoi Chun-Li avait des cuisses aussi imposantes, celui-ci s’est emporté et a été jusqu’à parler de ses fétiches.

#6: Dhalsim est le résultat d’une compétition interne

L’engouement pour le concept était tel que chaque concepteur voulait s’assurer que ses personnages se retrouvent dans la version finale du jeu en proposant des combattants de plus en originaux. Au départ, les membres de Dhalsim ne devaient pas s’étirer autant, mais la compétition interne en a décidé autrement.

Source: Bengus/Wikimedia Commons

#7: Chaque mélodie de niveau utilisée devrait réfléter le pays d’origine du combattant

#8: La trame sonore de «Top Gun» pourrait avoir inspiré celle de «Street Fighter II»

Des fans auraient mentionnés à la compositrice Yoko Shimomura que la mélodie du niveau de Ken ressemble à la chanson «Mighty Wings» de Cheap Trick qu’on retrouve sur la trame sonore de «Top Gun». «Bien que j’ai bel et bien vu le film avant d’écrire la mélodie, je ne me suis pas dit “Je vais faire une chanson qui ressemble à Mighty Wings‘. Elle a peut-être inspirée mon subconscient!»

#9: Un joueur a inspiré une nouvelle incarnation du jeu

«Street Fighter 2: Champion Edition» a été inspiré par les suggestions de James Goddard, un joueur d’arcade embauché par Capcom. Ses idées? Pouvoir choisir les quatre vilains du jeu comme combattants en plus de permettre aux «gamers» de s’affronter en utilisant le même personnage.

#10: Ce même joueur a également créer un combattant

Source: Bengus/Wikimedia Commons

#11: Une autre incarnation du jeu a été inspirée par des pirates!

Comme des pirates distribuaient leurs propres versions du jeu ou la vitesse des combats étaient accélérée, Capcom a proposé «Street Fighter 2 Turbo: Hyper Fighting» afin de surfer la vague.

#12: La compétition avec «Mortal Kombat» était... [un peu] amicale!

Joe Morici, du département de marketing de Capcom, confie que la compétition avec «Mortal Kombat». «Rob Holmes, le président d’Acclaim à l’époque, était un ami», révèle-t-il à Polygon. Ainsi, les publicités avaient des airs de coups pendables. «J’ai encadré une bande dessinée de “Street Fighter” où toutes les pubs annonçaient “Mortal Kombat”. C’est accompagné d’une lettre de Rob disant. “J’ai acheté tout l’espace publicitaire de ta BD pour Mortal Kombat. Ça t’apprendra!”»

#13: À ce jour, la version Super Nintendo de «Street Fighter II» demeure le jeu le plus populaire de Capcom

Faut dire que 6.3 M de joueurs l’ont achetée!

#14: Une légende urbaine entoure E. Honda

On pourrait voir le pénis du lutteur sumo pendant une nano-seconde lors d’un certain mouvement. À ce jour, Laurie Thornton — une relationniste de Capcom à l’époque — ne peut confirmer ou démentir la rumeur.

Source: Bengus/Wikimedia Commons

#15: Une légende urbaine entoure également le niveau de Blanka

On pourrait voir un spectateur se masturber. En fait, il s’agirait d’une animation mal foutue qui aurait été corrigée pour la version Super Nintendo du jeu.

#16: Le jeu a déjà eu des connotations racistes

L’introduction du jeu mettait en scène un combat de rue où un bagarreur blanc assomait un adversaire noir devant une foule caucasienne. Une scène qui a particulièrement choquée un père de famille afro-américain qui a envoyé une lettre à ce sujet à Capcom. Dans les incarnation suivantes de «Street Fighter II», le combattant noir a été remplacé par un autre blanc-bec.

#17: Le jeu a déjà eu des connotations racistes (prise deux!)

La première version du combattant autochtone T. Hawk avait un design incroyablement cliché. On a finalement opté pour une tenue plus «contemporaine» afin d’éviter des plaintes.

Source: Courtoisie de Capcom

#18: Le jeu a déjà eu des connotations racistes (prise trois!!!)

Dhalsim a déjà été envisagé comme une représentation du dieu hindou Ganesha (donc, une créature mi-homme, mi-éléphant affublée de six bras). Heureusement. Capcom s’est ravisé.

#19: On a tiré un film mettant en vedette Jean-Claude Van Damme du jeu

On voulait surtout se donner une excuse pour visionner à nouveau la bande-annonce.

#20: «Street Fighter» a également inspiré une série télé koréenne

Beaux costumes!

#21: Ainsi qu’une série animée...

... qui a l’air vraiment «cheap», d’ailleurs... sauf pour la scène où Chun-Li fait exploser UN TANK avec ses coups de pieds!

#22: Une parodie porno est enfouie sur le Web

Des acteurs porno qui font également du karaté, c’est quand même rare!

Capture d'écran de la parodie

#23: Dhalsim a inspiré le titre d’une chanson du rappeur Lupe Fiasco

#24: Lupe Fiasco fait également référence au jeu sur une autre de ses pièces.

Sur «Gold Watch», il mentionne qu’il déteste Zangief.

#25: On retrouve même une référence à Street Fighter sur une chanson de Justin Bieber!

Big Sean mentionne Ryu et Ken sur «No Pressure», un duo avec le fameux chanteur.

Commentaires