Les «spinners» fonctionnent-ils réellement? | Pèse sur start
/homepage

Les «spinners» fonctionnent-ils réellement?

Les spinners seront au printemps 2017 ce que Pokémon Go aura été à l’été 2016: un jeu qui emballe ses partisans autant qu’il suscite la colère chez ceux qui le rejettent.

Ils sont étiquetés comme des bidules aidant à canaliser l’agitation des personnes qui ont une courte capacité d’attention. Est-ce que cette affirmation est fondée? Qu’est-ce que la science a à dire au sujet des spinners?

Canaliseurs d’attention

Les «fidget spinners» tirent une certaine légitimité du fait qu’ils seraient efficaces pour canaliser l’agitation normale quand on est «assis tranquille». Au lieu de faire tourner un crayon dans ses doigts, de taper du pied ou de gribouiller sur une feuille, on peut maintenant s’acheter un bidule et le faire tournoyer. Ce serait même bon pour ceux qui ont des diagnostics de trouble de l’attention ou de stress post-traumatique.

La théorie derrière ce raisonnement est que si la partie du cerveau qui est distraite facilement est occupée par quelque chose, la personne sera plus concentrée et pourra mieux se concentrer, écouter et travailler. Tadam!

Il y a d’autres explications scientifiques pour valider les spinners. La création de rituels, l’attachement émotionnel à un objet, et même juste bouger, tout ça aide à la concentration et peuvent s’appliquer à la fascination actuelle pour les spinners.

Or, les spinners n’ont pas été élaborés selon un protocole médical. Le premier spinner a été conçu il y a 25 ans (!) par nécessité, alors que l’inventrice Catherine Hettinger, souffrant de myasthénie l’empêchant de bouger, avait néamoins besoin d’amuser sa fille. Elle a assemblé une couple d’affaires ensemble et elle a travaillé sur le design avec sa fille âgée d’une dizaine d’années. Donc l'aspect médical du spinner peut être gonflé.

De plus, aucune étude spécifique aux spinners n’a été réalisée. Autrement dit, toutes les belles explications que je viens d’écrire sont loin d’être certaines. Ce ne sont que des hypothèses, qui sont amplement mises de l’avant par les fabricants et marchands pour vendre davantage de spinners.

Bref, de ce côté, il vaut mieux prendre les vertus des spinners avec un grain (voire un gros paquet vendu chez Costco) de sel. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sont pas agréables à manipuler!

Agréables et fascinants

Mais justement, pourquoi les spinners sont-ils aussi agréables? Une partie de la réponse repose sur la physique. Les spinners offrent peu de friction, grâce au roulement à billes qui est (littéralement) au coeur même de leur design.

Le fait qu'un spinner puisse rouler longtemps sans interruption permet plein de manoeuvres parfois simples, parfois compliquées. La panoplie de trucs qu’on peut faire avec un spinner fait de ce bidule un jouet qui capte l’attention beaucoup plus que les enseignants ne le souhaiteraient.

Deux poids, deux mesures

Les spinners mettent en lumière une injustice vécue par les personnes qui ont réellement des problèmes d’attention (le trouble de déficit d’attention, stress post-traumatique ou autisme) et qui peuvent vraiment bénéficier d’un gadget comme le spinner.

Soudainement, c’est cool d’avoir un spinner et de jouer avec, alors que ces personnes ont souvent vécu de la discrimination pour être incapable d’arrêter de s’agiter ne serait-ce que quelques minutes.

Il y a comme un deux poids, deux mesures, ici.

Alors que l’agitation incontrôlable vécue par des personnes avec un problème d’attention était considérée comme maladive et devant être corrigée, c’est maintenant cool d’avoir des kids qui se promènent avec un bidule qui canaliserait leur attention. Cool au point que, même si certains enseignants les ont bannis, les magasins sont en rupture de stock.

En bref...

Ce qui se dégage de tout ça? Les spinners sont des jouets qui peuvent sincèrement aider certaines personnes à contrôler leur agitation, mais qui, pour la plupart des individus, sont simplement une source de plaisir ludique (ce qui n’est certes pas négligeable!).

Les spinners sont également une mode très populaire. Cependant, comme les bracelets-clacs il y a 25 ans, les tamagotchis il y a 20 ans et Pokémon Go l’année dernière, leur popularité semble destinée à décroître au courant des prochains mois.

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus