Du cosplay qui fait du bien | Pèse sur start
/homepage

Du cosplay qui fait du bien

Les amateurs de cosplay qui débarqueront par centaines au ComicCon de Montréal ne sont pas que des adeptes de culture populaire. À mi-chemin entre costume et performance, leur art leur permet de s’évader de leur quotidien, semant plusieurs sourires au passage.

C’est tout un spectacle qui s’offre aux badauds flânant dans le Square Dorchester en ce mercredi 5 juillet. Un membre des Ghostbusters, Captain America et Jean Grey font partie du groupe éclectique occupé à rigoler face à leur collègue Ace Ventura. Ce dernier était au même moment en train d’enjamber des gens ébahis assis sur des bancs de parc, en faisant virevolter sa chemise hawaïenne.

Une chose réunit ces Montréalais que rien ne destinait à se rencontrer : le cosplay. Cet art du costume et de la performance centré sur les personnages issus autant des bande-dessinées que des films d’action prend une expansion monstre dans la province depuis le premier ComicCon, tenu en 2006. Pour sa 9e édition, l’événement propose plusieurs nouveautés, comme des combats de gladiateurs, en plus d’accueillir des invités de renom comme Sir Patrick Stewart, David Tennant, John Cusack, ou encore Adrienne Barbeau.

Il est facile de concevoir l’attrait que procure le cosplay pour des gens qui souhaitent s’évader de leur vie quotidienne. «Si tu es quelqu’un qui a une mauvaise estime de toi par exemple, que tu as un emploi à temps plein que tu détestes, eh bien tu peux te transformer en super-héros pour un week-end et rencontrer des gens comme toi, qui ne te jugeront pas», illustre Jason Rockman, animateur à CHOM.FM et porte-parole de l’événement.

Bien sûr, ce n’est pas le cas de tous les amateurs de cosplay. Prenez Simon Fontaine, par exemple, celui qui prête brillamment ses traits à Ace Ventura. Comédien de formation, il se prête au jeu du cosplay par pure passion. «Je peux vivre de mon travail d’acteur, mais ce que j’aime, c’est quand je fais sourire les gens. Si je peux changer le cours de leur journée, alors je suis heureux», souligne-t-il.

Émerveiller les enfants...et les parents

Au-delà des rassemblements comme le ComicCon, plusieurs cosplayers utilisent leur passion pour des bonnes causes. C’est le cas de Pierre Farah Lajoie, fondateur du regroupement X-Men Montréal, accompagné de sa jeune nièce Léa Heppell. Ensemble, ils se glissaient ce jour-là dans la peau de Wolverine et X-23, tirés du film Logan. «Seulement cette année, on a 17 événements caritatifs prévus au Québec, au Vermont, dans l’État de New York et en Ontario», note le professeur d’anglais.

«J’adore aller dans ce genre d’événement et faire rire les enfants!», renchérit Jose R. Munoz T., sanglé dans un superbe uniforme de la starfleet de Star Trek.

«Mon plus beau souvenir, ça reste d’être allé chercher mon fils habillé comme ça. Ça lui a procuré tellement de plaisir», ajoute JF Landry, costumé en Star Lord de Guardians of the Galaxy.

C’est aussi une des raisons pour laquelle les regroupements québécois des Ghostbusters, auxquels adhère le chasseur de fantômes Pete Heath Harrison, se font un plaisir d’animer des fêtes d’enfant. «Même à un ComicCon, on a vu un jeune fan qui avait un costume fait en carton. On l’a intégré dans notre groupe, on lui a montré nos costumes...Pour lui, ça valait de l’or», raconte-t-il.

Les adultes ne sont toutefois pas en reste. Les cosplayers sont d’ailleurs souvent surpris par les fortes réactions qu’ils peuvent susciter. «Je me suis fait prendre en photo tellement de fois avec des gens, parce que j’incarnais leur personnage préféré!», souligne Madeleine Proulx, habillée d’une superbe robe rouge tirée du personnage Jean Grey, en version Phénix.

«En plus, nous on est pas mal plus approchables que les vrais acteurs», rajoute Dean Ross, qui incarne le Professeur X de la série X-Men.

Le cosplay s’avère toutefois un excellent moyen d’approcher ces «vraies» stars qu’ils admirent tant. «Une fois, j’ai rencontré une des cosplayeuses que j’aime le plus, et c’est elle qui était impressionnée par mon costume», remarque l’artiste Magias, habillée pour l’occasion en Wendy de la chaîne de restauration rapide du même nom.

Que ce soit auprès des plus grands, des plus petits, des pros ou des amateurs, le cosplayers ont un don : celui de rassembler et de faire une différence. «On ne sait jamais comment on peut inspirer ou influencer les gens, et si de nous rencontrer pour leur donner envie de s’affirmer dans ce qu’ils aiment. C’est ça qui est beau», lance Jonathan Le Guédard, en tenant bien droit son drapeau américain.

  • Le ComicCon de Montréal aura lieu du 7 au 9 juillet, au Palais des Congrès.

Commentaires