La fois où j’ai été dans le top 100 des joueurs de NHL... sur Xbox One! | Pèse sur start
/homepage

La fois où j’ai été dans le top 100 des joueurs de NHL... sur Xbox One!

En 2015, j’ai fait partie des 100 meilleurs joueurs du jeu NHL en mode opposition en ligne sur Xbox One. Oui, oui!

La première fois où j’ai mis la main sur une manette, c’était devant le jeu NHL 06 sur GameCube, à l’âge de 8 ans.

À l’époque, le style de jeu était assez différent mais le concept était le même: marquer des buts et éviter d’en accorder.

Depuis, j’ai toujours eu un profond attachement envers la série et j’ai continué à me procurer les nouvelles éditions tous les ans.

J’ai reçu le jeu de l’an 2015 et la console à Noël et dès le lendemain, j’ai commencé à me familiariser avec les mécaniques de jeu qui ont vu le jour grâces à la nouvelle génération de consoles.

Au départ, il y a eu une période d’adaptation, mais, à force de s’exercer, on comprend ce qui fonctionne dans le jeu... mais surtout ce qui ne fonctionne pas!

Voici 5 conseils pour devenir un joueur hors-paire sur NHL.

Je sais que c’est assez mal vu de profiter des lacunes techniques d’un jeu et, pourtant, c’est l’un des aspects les plus importants pour faire partie de l’élite.

Capture d'écran YouTube

L’intelligence artificielle joue un très grand rôle dans les jeux de hockey d’EA Sports, puisque l’une des postions névralgiques, celle de gardien de but, est presque entièrement gérée par l’ordinateur.

Ainsi les Carey Price, Andrei Vasilevskiy et autres hommes masqués du jeu échappent pratiquement au contrôle de l’humain, ce qui les rend prévisibles!

Avec un peu d’entraînement, on découvre les moyens les plus efficaces pour marquer des buts et c’est comme ça que l’on arrive plus facilement à ses fins!

Il faut être observateur pour trouver les failles dans les mouvements du gardien avant de profiter de la grande précision des mécaniques de jeu pour la mettre dedans.

Éviter les mises en échec percutantes et préférer les harponnages efficaces.

Les fonctionnalités défensives sont très importantes pour dominer ses adversaires. Évidemment, toute personne qui s’adonne à une confrontation entre deux équipes qui patinent comme le vent a pour réflex d’y aller d’un bon coup d’épaule pour freiner la progression de l’adversaire.

Cependant, la force d’une mise en échec n’a rien d’important, il faut surtout s’assurer de faire perdre la possession de la rondelle.

Selon moi, un joueur trop agressif est plus facile à battre, puisqu’il préfère neutraliser le joueur que reprendre le contrôle du jeu offensif, ce qui le rend vulnérable aux passes rapides.

Il est également possible de soutirer la rondelle à l’ennemi avec ce que les initiés appellent un «poke check». Ce harponnage permet de lancer des contre-attaques rapides et d’enrayer de nombreuses occasions de marquer.

Être patient en défensive et efficace en contre-attaque.

Il ne faut surtout pas se précipiter pour reprendre le contrôle de la rondelle.

Le mieux, c’est d’attendre une entrée de l’adversaire dans votre zone défensive et de harponner la rondelle rapidement, tout en reculant.

Si cette méthode ne marche pas, il faut essayer de protéger l’intérieur de la zone défensive en positionnant ses joueurs dans les lignes de passes et de tirs.

Bref, faire comme dans la vraie vie!

Après avoir repris le contrôle de la rondelle, il est conseillé de relancer l’attaque avec des passes rapides vers l’avant pour prendre l’adversaire à contrepied.

Être créatif et avoir un plan d’attaque

Il est très important de savoir quoi faire en entrée de zone offensive. Il faut quand même certaines connaissances liées au hockey pour se créer des occasions, puisqu’en analysant en temps réel ce qui se trame à l’écran, il est possible de choisir le meilleur jeu à faire dans telle ou telle situation.

Pour le reste, il faut arriver à être assez patient et inventif pour se frayer un chemin jusqu’au but, au moyen de passes et de tirs réalisés au bon moment.

Favoriser l’efficacité au spectacle

Les montées à l’emporte-pièce qui résultent en des buts sensationnels où le gardien est tout simplement mystifié se font rares.

Les feintes sont spectaculaires mais, la plupart du temps, tellement inutiles!

Bien souvent, la tendance des joueurs c’est de déjouer à tout va quand ils deviennent à l’aise.

On passe tous par la phase que je surnomme affectueusement «se prendre pour Connor McDavid même si en vrai, tu fixes un écran, en chest, écrasé dans ton salon».

C’est une phase d’apprentissage et un jour tu comprends que tu plafonnes avec cette technique.

Bref, les feintes dans NHL c’est comme les shooters, à force de les enfiler un à la suite de l’autre tu vas être de moins en moins en contrôle de tes actions.

Il est recommandé de favoriser le jeu collectif et la conservation de la rondelle, au lieu de faire des revirements en tentant de déculotter la planète entière.

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus