Il réussit à gagner sa vie en Spider-Man dans le métro | Pèse sur start
/homepage

Il réussit à gagner sa vie en Spider-Man dans le métro

Image principale de l'article Il réussit à gagner sa vie en Spider-Man
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

 Depuis 2012, Khalid Chahid enfile un costume de Spider-Man, sa seconde peau, pour gagner sa vie sous les regards et les flashs de caméras qui ne laissent personne indifférent dans le métro montréalais.  

 «Je dois tout à ce superhéros. C’est lui qui m’a sorti de la misère en me faisant gagner de l’argent avec le déguisement. Je ne sais pas où je serais sans lui aujourd’hui», a avoué au «24 Heures» l’homme de 44 ans, démasqué pour l’entretien.   

 Cinq jours par semaine, durant 4 heures quotidiennes, celui qui est d’origines marocaine et italienne se transforme en Spider-Man après un détour dans les toilettes du Centre Eaton de Montréal.   

 Les selfies, les bonjours de la main, les enfants surexcités et quelques regards contrariés font partie de son mandat.   

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

 

  

 «Je fais ça avant tout pour le sourire sur le visage des gens», a expliqué M. Chahid. «Tout le monde aime les superhéros et veut prendre des photos avec moi. Je ne peux pas faire ces interactions-là quand je suis Khalid. Le déguisement, c’est une excuse pour être proche des gens dans le fond et les rendre heureux. C’est mon action de la paix.»   

 S’il est à Montréal depuis 7 années, sa carrière de Spider-Man a commencé en Europe, il y a plus d’une décennie.   

 «J’ai fait toutes les grandes villes d’Europe: Rome, Paris, Berlin, Barcelone, Bruxelles, etc. C’était plus facile là-bas, mais je suis resté ici pour ma femme. En même temps, je suis le seul à Montréal qui fait ça. Il y a moins de compétition», a-t-il mentionné.   

 «Salaire décent»  

 Se costumer de la sorte est d’ailleurs son unique emploi. Il souligne en tirer un salaire appréciable.   

 Lorsqu’il se métamorphose en Spider-Man la semaine, il touche près 50 dollars quotidiennement. Le week-end, cette somme grimpe au minimum à 100 dollars par jour. L’équivalent d’environ 18 200$ par année.   

  

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

  

 «Je ne demande jamais d’argent», a-t-il assuré. «C’est les gens qui m’en donnent et des fois je ne reçois rien. Ce sont des contributions volontaires. Je respecte la loi et les policiers me laissent aller au Québec.»   

 À titre indicatif, le seuil de la pauvreté est évalué par le gouvernement québécois à 18 475$ par année pour une personne habitant sur l’île de Montréal.   

 Amis des sans-abri  

 «Eux, ce sont mes collègues de travail. Je suis toujours là pour les itinérants et pour leur donner leur sourire», a indiqué Khalid Chahid, en parlant des sans-abri qui errent dans la station de métro McGill.   

 Il affirme leur offrir du réconfort émotionnel, de l’argent et même des pointes de pizza.   

 «Ce n’est pas tous les jours qu’on voit un Spider-Man bronzé et musulman», a ajouté M. Chahid, sourire aux lèvres. «Quand les gens me voient et ils comprennent ce que je suis, ils m’acceptent et saisissent qu’on peut être tout ça en même temps. [...] Je vais continuer à faire ça jusqu’à ma mort, pourvu que mon ventre ne pousse pas dans les prochaines années.»   

  

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

 

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus