Vous pouvez maintenant naviguer le Dark Web avec votre téléphone | Pèse sur start
/homepage

Vous pouvez maintenant naviguer le Dark Web avec votre téléphone

LoloStock - stock.adobe.com

Les amateurs d’informatique pourront dorénavant accéder au Web profond sur leurs appareils mobiles avec la récente publication du navigateur Tor compatible Android.  

Le navigateur Tor n’est pas nouveau puisqu’il était disponible en version d’essai (alpha) l’an dernier.  

Cette fois, la version stable 8.5 dérivée du logiciel Firefox est enfin disponible en téléchargement pour les appareils Android sur la boutique Google Play.  

Offrant la même facilité que la version pour ordinateur, le navigateur Tor permet d’accéder au Web profond ou Deep Web, ainsi qu’à sa partie illicite Dark Web où grouille des pirates informatiques et tout ce qui se trafique illégalement.  

À cause des restrictions imposées par Apple, aucun navigateur Tor ou autre n’est offert sur iOS, le système d’exploitation des appareils mobiles du géant à la pomme.  

Le Web anonyme  

Le meilleur moyen de se représenter le Deep Web est par l’image d’un iceberg où la partie immergée – invisible – et non indexée par les moteurs de recherche comme Google est de beaucoup plus vaste (84 à 96 %) que la partie visible (4 à 16 %) – chiffres qui varient selon les sources.  

Qu’est-ce qu’on trouve dans le Deep Web ?  

Essentiellement des intranets d’entreprise, des bases de données, des ressources gouvernementales et bancaires, des services internes, de messagerie, etc., et qui exigent tous des accès privilégiés par mots de passe et autres moyens de sécurité au-delà des pages publiques du Web visible.  

Pour assurer son fonctionnement, le Deep Web repose sur des couches de routeurs – un peu à l’image d’un oignon –, ce qui assure un anonymat.  

À ne pas confondre avec le Dark Web  

Dans les pays autoritaires qui surveillent et limitent les accès Web, le Deep Web offre aux lanceurs d’alerte, aux dissidents politiques, aux journalistes, aux geeks de tous genres et à tous ceux qui, peu importe le pays, veulent éviter les organes de surveillance, un réseau anonyme (Tor) où les données personnelles et adresses IP ne peuvent être retracées.  

Quant au Dark Web ou Darknet que l’on retrouve dans les bas-fonds du Deep Web, c’est le réseau d’activités illégales (ventes d’armes, quantité de drogues, pornographie illicite, listes de cartes de crédit volées, etc.) et les pirates où tout se transige en cryptomonnaies (bitcoins).  

Ces sites n’en demeurent pas moins imprenables, le FBI a réussi plusieurs grands coups en fermant des sites de pornographie infantile – opération Playpen en 2015.  

Prudence de mise  

Naviguer sur le Deep ou Dark Web n’est pas aussi aisé que sur le Web visible trouvé sur votre moteur de recherche favori.  

Avant de tenter cette aventure avec votre appareil Android, plongez-y avec un ordinateur.    

  • Il faut d’abord télécharger, installer et utiliser le navigateur Tor qui est livré préconfiguré pour vous protéger contre plusieurs formes de menaces.  
  • N’étant pas expert dans ce domaine, j’ajouterais en plus d’ouvrir un nouveau compte utilisateur sur votre ordinateur autre que celui que vous utilisez tous les jours, lequel pourra être aisément supprimé en cas de problème.  
  • Ne jamais utiliser vos adresses courriel sur le Deep/Dark Web, prenez une adresse jetable, ni votre véritable nom bien entendu.  
  • Oubliez aussi vos cartes de crédit pour effectuer des transactions, il faut utiliser des cryptomonnaies.  
  • Utilisez un bon réseau virtuel privé (VPN) qui n’est surtout pas gratuit pour vous cacher derrière un serveur VPN, lequel sera ouvert avant d’accéder et chiffrer vos connexions au Web profond.  
  • Choisissez le vôtre sur RestorePrivacy, un excellent site sur tout ce qui concerne la sécurité en ligne.  
  • N’oubliez pas le logiciel antivirus.  
  • Et, pourquoi pas, consulter des sites pour en apprendre davantage, comme Wikipédia ou encore des sites spécialisés comme deepweb-sites.com (disponible qu'en anglais).  

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus