Fusillades aux États-Unis: Trump blâme les jeux vidéo... alors qu’à peu près tout le monde affirme le contraire | Pèse sur start
/news

Fusillades aux États-Unis: Trump blâme les jeux vidéo... alors qu’à peu près tout le monde affirme le contraire

Donald Trump
Photo AFP

Donald Trump

En dépit des experts qui affirment le contraire, les jeux vidéo ont une fois de plus été montrés du doigt pour les récentes fusillades aux États-Unis, ce coup-ci par le président américain Donald Trump. L’industrie n’a toutefois pas tardé à réagir. 

Commentant les deux fusillades de la fin de semaine dernière au Texas et en Ohio, Trump a ainsi soutenu, lundi, qu’il «fallait arrêter de glorifier la violence dans notre société». 

Selon lui, cela inclurait «les horribles et macabres jeux vidéo qui sont désormais monnaie courante», tandis qu’il serait «trop facile aujourd’hui pour les jeunes troublés de s’entourer avec une culture qui célèbre la violence». 

L'industrie réplique 

D’abord grandement décriés par un grand nombre de joueurs et d’intervenants, les propos du président américain ont rapidement été démontés par les membres de l’industrie du jeu vidéo, rassemblés sous le couvert de l’Entertainment Software Association. 

Interrogée par GameSpot, celle-ci a rappelé que la majorité des études démontrait qu’il n’existait pas de lien probant entre les jeux vidéo et les actes violents. 

«Comme nous l’avons partagé à la Maison-Blanche durant une rencontre au sujet des jeux vidéo en mars 2018, de nombreuses études scientifiques ont établi qu’il n’existait pas de lien de causalité entre les jeux vidéo et la violence», peut-on lire dans la déclaration de l’association. 

Cette dernière a aussi rappelé que parmi les différentes communautés à travers le monde où les jeux vidéo jouissaient d’une grande popularité, seuls les États-Unis connaissaient une aussi grande prévalence d’événements violents. 

Un autre groupe de l’industrie, l’International Game Developers Association, a pour sa part déclaré dans un communiqué que «jeter le blâme sur les jeux vidéo détournait l’attention de plus grands problèmes», rappelant du coup les nombreux avis d’experts qui défendaient exactement le contraire. 

«Les données qui indiquent que les bananes peuvent mener au suicide sont aussi concluantes» 

Un professeur de l’université Stetson rencontré lundi par le New York Times, Chris Ferguson, a d’ailleurs encore une fois indiqué qu’un consensus scientifique rejetait le lien entre les actes d’agression et les jeux vidéo, de même qu’avec les autres formes de produits médiatiques. 

Pour illustrer son point, l’expert, qui a mené un comité de l’Association américaine de psychologie sur le sujet, a déclaré que «les données qui indiquent que les bananes peuvent mener au suicide sont aussi concluantes» que celles qui attribuent les gestes violents aux jeux vidéo.

À lire aussi

Et encore plus