E-sports à l’école: missharvey réagit au moratoire demandé par des élus libéraux | Pèse sur start
/news

E-sports à l’école: missharvey réagit au moratoire demandé par des élus libéraux

Image principale de l'article Missharvey réagit au moratoire demandé
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Ce n’est pas tout le monde qui voit d’un bon œil la multiplication des programmes d’e-sports dans les écoles québécoises, et ce, malgré l’intérêt que démontrent les élèves. 

Pour preuve, des élus du Parti libéral du Québec (PLQ), André Fortin et Enrico Ciccone, ont demandé au gouvernement jeudi dernier de suspendre l’implantation de tels programmes dans les établissements scolaires québécois. 

Pourquoi? Car la paire de députés craint que les e-sports créent une dépendance chez les jeunes. Selon eux, un moratoire permettrait donc de prendre le temps d’étudier les impacts sur les élèves. 

Inutile de mentionner que dans les cercles du sport électronique québécois, la suggestion du PLQ a fait grincer des dents plusieurs intervenants. 

C’est notamment le cas de l’athlète e-sports Stéphanie «missharvey» Harvey qui n’a pas manqué de répondre aux politiciens libéraux sur Facebook lundi soir. 

«C'est à qui que je dois parler dans le blanc des yeux? Tellement de positif de voir l'implication des écoles et des familles qui soutiennent la jeunesse avec cette nouvelle réalité que sont les jeux vidéo compétitifs. Je ne suis même pas capable de penser à un seul négatif qui est fondé», a-t-elle souligné d’entrée de jeu dans son message. 

D’après missharvey, les programmes d’e-sports dans les écoles permettent plutôt «d’encadrer les jeunes dans leur passion» en les aidant notamment à adopter un mode de vie sain et à apprendre à bien jongler entre les différents aspects de leur quotidien. 

Aussi, l’athlète soutient que ce genre d’initiatives à l’école peut aider à contrer le décrochage et développer plusieurs autres compétences, comme le travail d’équipe ou encore l’esprit critique des jeunes. 

Notons que la publication de Stéphanie Harvey a été partagée plus de 100 fois.

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus