BioShock: 2K ouvre un studio à Montréal pour développer le prochain volet de la franchise | Pèse sur start
/news

BioShock: 2K ouvre un studio à Montréal pour développer le prochain volet de la franchise

BioShock
Image 2K

BioShock

Il aura fallu attendre bien longtemps, mais voilà que, sept ans après le dernier volet, on peut enfin prononcer ces douces paroles: oui, un nouveau BioShock est en développement... et, coup de théâtre, il sera entre autres conçu ici même à Montréal!  

En effet, on a appris, ce lundi, que l'éditeur 2K a choisi la métropole québécoise pour y implanter Cloud Chamber, son premier studio canadien, qui aura comme importante première mission de créer le prochain titre de la vénérée franchise d'action.          

«Nous sommes extrêmement enthousiastes à l'idée de créer le premier studio 2K au Canada et de ramener BioShock à son public passionné», a affirmé Ken Schachter, directeur du studio Cloud Chamber Montréal, par communiqué.          

«Nous sommes impatients de jeter les bases d'un studio qui s'épanouira au cours des prochains mois et années, non seulement au profit de l'industrie du jeu vidéo, mais également au bénéfice de l'incroyable population de Montréal, du Québec et du Canada», a-t-il ajouté.           

Pour retourner à BioShock, il faudra cependant attendre un certain moment avant de pouvoir mettre la main sur le nouveau chapitre de la saga.     

Ainsi, même si le travail sur le plus récent jeu de BioShock est, des dires de 2K, déjà entamé, l'éditeur a mentionné que celui-ci serait tout de même «en développement pour les prochaines années». Il faudra donc être patient!          

Rappelons que le studio, qui était jadis responsable du développement de la franchise Irrational Games, avait fermé ses portes en 2014, avant de rouvrir sous un nouvelle forme en 2017, portant le nom de Ghost Story Games.    

– Avec la collaboration de l'Agence QMI  

À écouter

Le plus récent épisode de notre podcast!

On a votre attention? Vous voulez vous abonner à notre podcast? Ça tombe bien, nous sommes notamment sur...

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus