Google achète le producteur québécois de jeux vidéo Typhoon Studios | Pèse sur start
/news

Google achète le producteur québécois de jeux vidéo Typhoon Studios

On ignore pour l’instant le montant de la transaction

Image principale de l'article Google achète Typhoon Studios

Le géant américain du jeu vidéo Google Stadia vient de mettre la main sur le studio de jeux vidéo québécois indépendant Typhoon Studios, situé en plein cœur de la métropole, a appris Le Journal.  

«Ce sont des gens qui ont travaillé sur des jeux extrêmement connus. Ils travaillent très bien ensemble. Ils ont pu créer un nouveau studio en deux ans et produire un jeu vraiment impressionnant pour une équipe de 25 personnes», a partagé au Journal la grande patronne de Google Stadia et vice-présidente de la multinationale, Jade Raymond.     

On ignore pour l’instant le montant de la transaction, mais on sait déjà que l’équipe de Typhoon Studios passera sous la gouverne de Sébastien Puel, directeur général du studio montréalais de Google Stadia.     

Fondé en 2017, Typhoon Studios a été lancé par d’ex-employés d’Ubisoft, de Warner Bros et d'Electronic Arts. Leur jeu Journey to the Savage Planet devrait voir le jour le 28 janvier prochain, selon nos informations.     

Œil ouvert  

Pour le moment, Google ne prévoit pas acheter d’autres studios de jeu vidéo québécois, mais la vice-présidente du géant californien, Jade Raymond, garde l’œil ouvert.      

«On n’a rien d’autre à annoncer, pour l’instant, mais c’est sûr que notre intention, c’est de bâtir plusieurs studios et d’agrandir celui de Montréal», a indiqué au Journal l’ex-productrice déléguée vedette de la série Assassin's Creed.    

Pour leur part, les deux cofondateurs de Typhoon Studios, Alex Hutchinson et Reid Schneider, n'ont pas caché leur joie de faire partie du géant américain qui devrait leur permettre de séduire des centaines de millions de joueurs.     

«Montréal est une pionnière. L’aide gouvernementale pour les studios nous a apporté une stabilité en nous permettant de prendre des risques et d’embaucher des gens. C’est pour ça que nous avons pu ouvrir notre studio», a conclu Alex Hutchinson.

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus