On a jasé du Mois de l’histoire des Noirs et de Sailor Moon avec la journaliste Vanessa Destiné | Pèse sur start
/news

On a jasé du Mois de l’histoire des Noirs et de Sailor Moon avec la journaliste Vanessa Destiné

Image principale de l'article On a jasé de l’histoire des Noirs & de Sailor Moon

Véritable canif suisse sur deux pattes, notre collègue Vanessa Destiné est journaliste et coanime, notamment, un podcast en compagnie de Dalila Awada, qui est fort à propos en ce Mois de l’histoire des Noirs. 

Elle a également des passions incroyablement geeks! 

Bref, le timing était très bon pour cet entretien. 

Qu’est-ce qui t’a amené à travailler dans le monde des médias? 

Ça m’a pris tellement de temps comprendre ce que je voulais faire dans la vie. Je suis vraiment une «theater kid» à la base, mais je suis aussi très politisée. Le journalisme aurait dû être une évidence pour moi puisque ça réunit pas mal toutes mes passions, mais à 18 ans, je ne le voyais pas de manière aussi limpide. Il a fallu que j’aille à l’UQAM, puis à Concordia, puis à l’Université de Montréal pour éliminer des options qui ne me satisfaisaient pas et finalement comprendre que je n’étais pas obligée de faire un bac dans un domaine précis, que je pouvais suivre un parcours académique éclectique... et apprendre à me vendre dans le milieu du travail par la suite. 

Tu animes présentement un podcast nommé Pigments forts. Qu’est-ce qu’on y aborde? 

On parle de relations interculturelles, mais en partant du point de vue de deux filles issues de la diversité, nées ici. Souvent, quand on parle des enjeux de vivre-ensemble, les modalités de la discussion ou du débat sont contrôlées par une personne blanche. La discussion devient rapidement stérile parce qu’on finit toujours par devoir rassurer ladite personne blanche plutôt que de parler des enjeux. «Non, tu n’es pas raciste, non les Québécois ne sont pas racistes.» Vous voyez le genre. Avec Pigments forts, on reprend le contrôle de la discussion et on essaie de l’élever pour que le tout soit moins superficiel. 

C’est justement le Mois de l’histoire des Noirs. L’abordez-vous dans votre podcast? 

Ça tombe bien que tu en parles, l’épisode le plus récent est entièrement consacré au Mois de l’histoire des Noirs. On se demande si cette tradition, ancrée dans le militantisme à ses débuts, a été un peu édulcorée avec le temps. Oui, c’est important de se souvenir du chemin parcouru, mais il faut également profiter de l’occasion pour rappeler ce qu’il reste encore à faire pour garantir l’épanouissement des afrodescendants d’ici et d’ailleurs. Ce n’est pas parce qu’on ne lynche plus les Noirs que le racisme a disparu! Le racisme évolue, se transforme, comme le reste de la société. Il faut en être conscient. 

Chronique Pèse sur start oblige: peux-tu révéler ta passion geek au grand public?  

C’est un secret relativement bien gardé: je suis une vraie «otaku»! J’ai eu une phase vraiment intense, au secondaire, où je le lisais des mangas et j’écoutais des animes en langue originale sous-titrés en anglais que je téléchargeais sur Kazaa et Limewire. J’ai écouté les 200 épisodes de Sailor Moon comme ça. J’adore les trucs de superhéros (X-Men et Teen Titans en dessins animés, c’est la vie). Je suis une fan finie d’Harry Potter, du Seigneur des anneaux et d’À la croisée des mondes. J’adore aussi les histoires campées dans des mondes dystopiques. 

Finalement, la question classique: qu’est-ce qui s’en vient pour toi au cours des prochains mois? 

J’ai travaillé sur une expo pour le Centre Phi qui sera présentée à la fin du mois. Ça s’appelle Abondance noire/Black abundance et ça parle d’identité et de nos communautés. C’est une initiative de Never was Average, une maison de production multidisciplinaire fondée par Hanna Che et Harry Forbez, deux jeunes d’origine haïtienne. Il y a aussi un festival de podcast bien en vue auquel j’aimerais participer avec Pigments forts

Pour suivre Vanessa sur les réseaux sociaux: Vanessa Dé sur Facebook et @danessa_vestine sur Instagram. Pour son podcast, cliquez ici!  

La grand-messe du gaming au Québec 

C’est ce week-end que se tient l’édition 2020 du fameux LAN ETS. L’événement gaming se tient cette année du 14 au 16 février au Palais des congrès. Au programme: de l’e-sport (l’organisation rapporte qu’on s’y disputera plus de 40 000$ en prix), des compétitions plus amicales, du cosplay, des jeux en démonstration, des activités geeks de toutes sortes et des milliers d’autres passionné(e)s à rencontrer. Que dire de plus? C’est pas mal “ze” événement gaming de la province! Détails sur lanets.ca  

Une soirée qui plaira aux amateurs de musiques de jeux vidéo 

Sans avoir composé pour Ubisoft et compagnie, l’artiste synthwave Com Truise séduit tout de même bon nombre de gameurs (aussi à noter pour son street cred “geek”: une de ses pièces se retrouve sur la trame sonore de Tron: Legacy Reconfigured). Bref, l’artiste new-yorkais est de passage ce samedi 15 février au Newspeak en mode DJ. En première partie: l’artiste montréalais Procyon Lotor. Détails sur facebook.com/newspeakmtl  

Pourquoi t’es dans la Lune? 

Pour les geeks de science: AstroMcGill, le volet grand public de l’Institut spatial de McGill, tient une conférence sur l’expansion de l'Univers et, plus particulièrement, son paramètre de décélération, animée par l’éminent Robert Kirshner. C’est le cas de le dire: on va se coucher moins niaiseux après ça! C’est le mercredi 19 février à l’amphithéâtre Jeanne Timmins. Pour avoir plus de détails sur l’événement, M, Kirshner ou encore sur l’organisme derrière l’événement, consultez le facebook.com/AstroMcGill/ 

Sur le même sujet

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus