The Last of Us Part 2: une pétition pour que l'histoire du jeu soit refaite | Pèse sur start
/news

The Last of Us Part 2: une pétition pour que l'histoire du jeu soit refaite

«On a besoin d'un remake du jeu, car celui-ci a manqué de respect à tous les fans qui ont attendu 7 ans pour la suite»

Image principale de l'article Une pétition contre l'histoire du jeu

Non, vous n'êtes pas sur The Onion. Quelqu'un a vraiment lancé une pétition Change.org pour demander à Naughty Dog de refaire l'histoire de Last of Us Part II.  

Le lancement du jeu The Last of Us Part II a été tout sauf simple. Des fuites ont circulé un peu partout sur le web avant la sortie, dévoilant des événements clés qui ont fâché plusieurs internautes. Pour certains joueurs, la réponse raisonnable fut, évidemment, de harceler les équipes de Naughty Dog, de divulgâcher le jeu et le review-bomb sur Metacritic dès sa sortie le 19 juin 2020. *Attention, avant de cliquer sur des liens, soyez avertis: il y a des divulgâcheurs!

Visiblement, ce n'était pas assez: il faut maintenant que Naughty Dog retourne à la case départ et refasse l'histoire, si l'on se fie à une pétition Change.org qui a déjà accumulé plus de 12 000 signatures. Pour éviter de divulgâcher le jeu, on va omettre quelques détails dans les citations:

«The Last of Us Part 2 a livré un excellent gameplay, de bons graphismes et bonnes mécaniques, mais l'histoire est extrêmement mauvaise», peut-on lire dans la description de la pétition. «On a besoin d'un remake du jeu, car celui-ci a manqué de respect à tous les fans qui ont attendu 7 ans pour la suite.» Une petite demande, quoi.

«Tout ce que l'on voulait, c'était une suite à propos de Joel et Ellie», s'exclame un signataire. «Pas une histoire de lesbiennes».

«Je trouve amusant que tout le monde déteste ce jeu et je souhaite voir les développeurs souffrir», déclare un autre signataire visiblement équilibré.

Neil Druckmann, le créateur de la série, n'a pas porté attention à la pétition sur Twitter. Merci à PlayStation Lifestyle pour la trouvaille.

À REGARDER 

s

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus