Hogwarts Legacy: J.K. Rowling n'a pas participé au jeu, précise Warner Bros. suite aux polémiques | Pèse sur start
/news

Hogwarts Legacy: J.K. Rowling n'a pas participé au jeu, précise Warner Bros. suite aux polémiques

L'auteure de Harry Potter est encore dans la tourmente à la suite de ses propos jugés transphobes sur Twitter

Image principale de l'article J.K. Rowling n'a pas participé au jeu
Portkey Games

Serait-ce la fin de la magie entre Warner Bros. et J.K. Rowling? Alors que l'auteure de Harry Potter est encore dans la tourmente à la suite de ses propos jugés transphobes sur Twitter, le studio Warner Bros. a tenu à rassurer les «potterheads». Non, la maman du petit sorcier n'a pas participé au nouveau jeu vidéo Hogwarts Legacy. Une mise au point nécessaire pour éviter de subir un boycottage avant le grand lancement du jeu en 2021.

Ni une ni deux. Warner Bros. n'a pas traîné pour s'exprimer de manière officielle, sans pour autant le crier sur tous les toits, sur l'implication de J.K. Rowling dans le prochain jeu tant attendu de l'univers Harry Potter. C'est par «la foire aux questions», ou plus communément appelée FAQ, que le studio américain a annoncé clairement que l'auteure de la saga littéraire n'a pas participé directement à la création du jeu vidéo Hogwarts Legacy: «J.K. Rowling n'est pas directement impliquée dans la création du jeu vidéo, cependant, son œuvre extraordinaire est la fondation de tous les projets dans le monde des sorciers», peut-on lire. Warner Bros. précise également que l'histoire de ce nouveau jeu n'a pas été inventée par la Britannique.

Éviter le boycottage 

Il s'agissait d'une mise au point nécessaire pour éviter un boycottage avant la sortie du jeu vidéo compte tenu des polémiques entourant J.K. Rowling à la suite de ses propos sur le réseau social Twitter jugés transphobes par les internautes. En juin dernier, l'auteure de Harry Potter à l'école des sorciers y avait publié plusieurs messages dans lesquels elle partageait sa vision réductrice des femmes transgenres.

Une polémique exacerbée avec la sortie du nouveau polar de J.K. Rowling le 15 septembre. Baptisé Troubled Blood, le roman policier raconte l'histoire d'un tueur en série se travestissant en femme. Un nouveau scandale pour l'auteure britannique qui s'est attirée de nouveau les foudres de la twittosphère avec le hashtag #RIPJKRowling. Depuis, de nombreux fans de la saga Harry Potter, les «potterheads», ont appelé au boycottage de l'artiste et se sont désintéressés de son univers. Pour publier sa série policière Cormoran Strike, dont est tiré Troubled Blood, J.K. Rowling utilise le pseudonyme de Robert Galbraith, un nom également porté par un psychiatre américain, partisan des thérapies de conversion dans les années 50.

Pourtant, si J.K. Rowling n'a pas activement travaillé au développement de ce nouveau jeu vidéo, Hogwarts Legacy, elle reste néanmoins l'auteure de cette saga et devrait donc logiquement toucher tout de même des redevances.