Test photo du iPhone 12 Pro | Pèse sur start
/news

Test photo du iPhone 12 Pro

Image principale de l'article Voyez la technologie photo à l’œuvre

Si vous ne pouvez pleinement surfer les rares tours 5G avec vos nouveaux téléphones intelligents avant plusieurs mois (lire un an ou deux), vous pouvez par contre profiter sans retenue des capacités photo d’un iPhone 12 Pro par exemple. 

Et si dans mon essai plus tôt cette semaine peu a été dit sur ses fonctions photographiques, c’était pour mieux les décrire dans ce nouveau texte.

Petit retour en arrière, les fabricants de téléphones intelligents ont usé de tout leur savoir-faire pour contourner les trop petits objectifs, alors qu’en photographie, plus ces derniers sont grands et ouverts, plus la quantité de lumière est grande à atteindre les capteurs, plus belle sera l’image.

Pour ce faire, l’imagerie computationnelle a littéralement remplacé les carences des micros objectifs. Tout le traitement d’image devient logiciel afin de compenser le bruit numérique et gérer les couleurs, les contours et même les expositions.

Puisqu’il est question des iPhone 12 et 12 Pro, le traitement est si puissant que des millions de pixels d’une image sont calculés un par un en une fraction de seconde.

Apple a fourni aux testeurs des échantillons photo démontrant les capacités de ses nouveaux iPhone 12 sous différentes conditions de lumière. Voyez par vous-même.

La magie Lidar    

Sous faible éclairage, les mises au point étaient autrefois très difficiles et le résultat flou, sans vie, sans lumière, sans oublier le flash DEL nous collait un teint verdâtre. D’autres appareils projetaient un préflash pour déterminer la distance des objets ou des personnes — sans grand succès non plus.

Sur les appareils récents, comme l’iPhone 12 Pro, la mise au point automatique est rapide même en faible éclairage grâce à une technologie qui n’est pas récente, mais nouvelle en photographie sur téléphone, le Lidar.

L’acronyme Lidar signifie Light detection and ranging ou télédétection par laser. Définition longue : technique d'évaluation des distances qui, par la mesure du temps de propagation aller et retour d'un faisceau lumineux émis par un laser, permet de déterminer la position et la distance d'une cible par rapport à l'émetteur.

Avec son capteur situé dans le coin inférieur droit du bloc photo, une image Lidar ressemble à ceci dans les circuits d’un iPhone 12 Pro.

Ces points crée une carte de profondeur qui permet d’optimiser tous les autres paramètres pour recréer l’image telle qu’on la verrait normalement.

Évidemment, les objets ou personnes doivent être à proximité. Le système Lidar fonctionne avec les caméras grand-angle et ultra grand-angle ainsi qu’avec le mode portrait.

Expositions multiples    

Autre technologie d’imagerie longtemps utilisée par les professionnels, l’exposition multiple permet de superposer plusieurs images pour n’en faire qu’une seule. Résultat : des images superbement contrastées.

C’est justement ce que réalise Deep Fusion en analysant plusieurs expositions différentes sans que vous en rendiez compte.

Triple duel photo entre les iPhone 12 Pro, Pixel 5 et Galaxy Note20 Ultra    

Voyez cet intéressant duel à l’aveugle par ces trois jeunes amateurs de photo qui ont comparé les images prises par trois appareils haut de gamme iPhone 12 Pro, Galaxy Note20 Ultra et Google Pixel 5. C’est en anglais, mais rien de compliqué.

La vidéo de 13 minutes contient de nombreux échantillons de photos utilisées pour tester les trois systèmes de caméras sous plusieurs environnements et modes intérieur, extérieur, basse lumière, ultra-large, portrait et les échantillons de zoom.

À regarder plein écran idéalement en définition 1440p ou 2160p (4K).

Pas facile avec la Lune !    

Comme vous l’avez noté à la fin de la vidéo, l’iPhone s’en tire très bien face à ses concurrents directs, sauf lorsqu’il est question de prendre des clichés de notre satellite naturel.

Avec l’iPhone 12 Pro d’essai, la pleine lune de vendredi 30 octobre vers minuit a produit ces images très imprécises.

Avec mon bon vieux Nikon DX 90 et un objectif 50 mm f1,4, ce n’était guère mieux, mais en zoomant au maximum avec un téléobjectif 70-300 mm, le résultat est nettement fidèle.

À lire aussi

Et encore plus