Hyrule Warriors: Age of Calamity m'a conquise après des heures de doutes [CRITIQUE] | Pèse sur start
/critiques

Hyrule Warriors: Age of Calamity m'a conquise après des heures de doutes [CRITIQUE]

Finalement, j'ai vraiment aimé ça. Et je pense que vous allez aimer ça aussi.

Image principale de l'article Pas un coup de foudre instantané

À défaut de pouvoir jouer à la suite de Breath of the Wild, les fans de la série Zelda peuvent patienter avec le «hack-and-slash» Hyrule Warriors: Age of Calamity. C'est une lourde tâche, lancer le prequel d'un jeu tant aimé. Surtout avec des mécaniques totalement différentes. C'est avec persévérance et en me détachant de mes propres attentes que le jeu Hyrule Warriors: Age of Calamity a pu me charmer.

 N'étant pas une adepte de Dynasty Warriors ni même des jeux hack-and-slash, je voulais justement voir comment Hyrule Warriors: Age of Calamity allait convertir les passionnés de la série Zelda en fans du style Warriors. L'expérience fut remplie de hauts et de bas, mais ultimement, je crois que le jeu vaut absolument le détour pour ceux qui ont aimé The Legend of Zelda: Breath of the Wild. Je ne vous dirai pas de baisser vos attentes, mais peut-être de les modifier juste un peu pour laisser une chance à Hyrule Warriors de vous séduire.

 Le jeu n'a pas été un coup de foudre pour moi, mais après des heures de doutes, j'ai été totalement conquise. À en faire potentiellement une tendinite tellement j'ai pas pris de pauses.

« Je ne pense pas que c'est mon genre de jeu »   

Capture d'écran: Kazzie Charbonneau

Cette phrase, je la dis malheureusement trop souvent en regardant des bandes-annonces de jeux. Mais ce concept étrange d'avoir des goûts inflexibles est justement ce qui peut nous empêcher de découvrir des nouveautés. 

Hyrule Warriors: Age of Calamity fera peut-être plaisir aux fans de hack-and-slash, mais dans mon cas, je vous explique plutôt pourquoi c'est un jeu qui pourra charmer ceux qui ne sont pas déjà adeptes du genre. Hyrule Warriors: Age of Calamity est, peu importe son gameplay, une histoire «canon» de The Legend of Zelda: Breath of the Wild et je trouve qu'il réussit vraiment bien à compléter cette histoire qu'on avait tant aimée en 2017. 

 Le jeu donne juste assez d’histoire pour combler le désir d’en savoir plus sur les événements qui se sont déroulés 100 ans avant Breath of the Wild, mais garde aussi son angle unique avec les éléments hack-and-slash. C'est donc un univers familier, mais exploré d’une tout autre façon. Ça ne sera peut-être pas évident dès le début, mais persévérez et vous serez récompensés d’une histoire riche et un gameplay toujours rempli d’action.

 Le contexte et le gameplay  

Hyrule Warriors: Age of Calamity explore les événements qui ont mené à la destruction d'Hyrule. Certains joueurs diront que ce n'est pas un jeu totalement «canon» à Breath of the Wild (je ne suis pas d'accord), mais l'important à retenir est que l'on retrouve son contexte familier et les personnages essentiels à cette histoire. 

Cette fois-ci, on pourra incarner plusieurs personnages différents dans des combats de hordes et de boss. On retrouve effectivement la même carte que Breath of the Wild, mais celle-ci est divisée en événements dans des environnements précis et restreints. Et c'est tant mieux, parce qu'un environnement totalement ouvert serait beaucoup trop vaste. Les niveaux restreints nous permettent de suivre le gameplay sans nous perdre en chemin. 

Capture d'écran: Kazzie Charbonneau

Vous commencerez le jeu avec Link, qui devra affronter des hordes de monstres et des boss afin de débloquer d'autres personnages que vous pourrez ensuite incarner. Chaque niveau sera rempli d'un nombre insensé de créatures à affronter, et vous allez devoir trouver une stratégie gagnante pour avoir les meilleurs scores. 

 Pour votre score, vous pouvez miser sur plusieurs éléments. Certains gamers voudront terminer les niveaux rapidement, tandis que d’autres vont préférer faire des combos d’attaques et des KOs. Vous allez également amasser des ressources, que vous allez pouvoir utiliser afin de venir en aide à la population d’Hyrule, ce qui débloquera des activités sur votre carte et pourra vous aider à augmenter les niveaux de vos personnages.

Toute la gang  

Capture d'écran: Kazzie Charbonneau

En plus de Link, vous pourrez incarner Zelda, Impa, Mipha, Daruk, Revali, Urbosa et plusieurs autres personnages que je vais vous laisser découvrir. Chaque personnage a une belle variété d'attaques différentes, mais qui ne seront pas totalement étrangères aux joueurs. L'utilisation des bombes par exemple, que l'on a connue dans Breath of the Wild, est différente d'un personnage à l'autre, mais ça demeure une attaque familière. Vous retrouverez également les pouvoirs Statis, Cryonis et Magnesis. 

Lorsque vous choisirez une quête de combat, vous allez pouvoir équiper vos personnages. Je vous suggère également de consulter la liste des attaques et mouvements possibles pour chaque personnage afin d'établir une stratégie.  

Il sera important de penser au niveau de chaque personnage, aussi. Link aura probablement toujours un level un peu plus élevé que ses coéquipiers, car il fait partie des missions principales, mais ne négligez pas les autres membres de l'équipe. Mipha, par exemple, peut guérir ses collègues durant les combats, alors elle peut être très utile. 

Sinon, vous aurez vos préférences personnelles. Je joue souvent avec Link et Impa, car leurs attaques me semblent plus fluides et rapides, mais c'est une question de goût, aussi. 

 Vous allez également être suivi par un bébé gardien rappelant R2D2 ou BB8, qui ajoute une touche humoristique à l'histoire, mais qui aide également à la raconter. Charmant comme tout, ce petit bonhomme. 

Capture d'écran: Kazzie Charbonneau

Les cinématiques du jeu vous permettront de connaître chaque personnage sous un angle bien différent que dans Breath of the Wild. Certes, vous reconnaîtrez leurs personnalités, mais les extraits sont plus colorés et poussés. Revali est toujours aussi bête, et Mipha ne cache pas son gros crush sur Link. Ça fait de belles interactions qui nous replongent dans l'univers de Breath of the Wild comme si on faisait partie de la gang. 

Des monstres à la pelle 

La grosseur des hordes est assez surprenante. Elles sont aussi partout dans les quêtes. Parfois, il y a tellement de Bokoblins ou de Yigas que le frame rate n’a aucune chance. C'était même rigolo par moments.

Capture d'écran: Kazzie Charbonneau

C'est excessif, mais ça fait partie du divertissement qu'apporte le jeu. C'est quand même satisfaisant de lancer 35 ennemis dans les airs. 

Même si c'est l'histoire du jeu qui m'intéressait davantage, c'est ce gameplay si amusant qui a fait en sorte que j'ai oublié de prendre des pauses. J'aime particulièrement les combats contre des boss (ou mini boss) qui sont plus stratégiques et moins répétitifs pour les pouces, mais j'attribue ma potentielle tendinite à mon « button mashing » de joueuse pas très douée. Git gud, comme on dit. 

Si les hordes vous ennuient, il sera souvent possible de carrément les dépasser et vous rendre aux objectifs de l'événement. Il n'est pas déraisonnable d'ignorer quelques Chuchus en cours de route. 

Il y a d'autres éléments de gameplay qui risquent de vous épater, mais je préfère vous garder quelques surprises. Ces surprises font partie des raisons pour lesquelles je crois sincèrement que les fans de la série devraient essayer le jeu. 

Pas sans problèmes 

Dans le feu de l'action, le jeu des caméras parfois têtu et les baisses de frame rate pourront causer des frustrations. Le frame rate s'explique bien dans les situations de combats contre des hordes où vous partagez l'écran avec énormément de monstres. Pour les fans du genre, ça ne risque pas d'être très dérangeant. 

Toutefois, j'ai été piégée par des moments d'input lag en plein combat ou de caméras parfois difficiles à maîtriser. Si un boss décide qu'il reste dans un cadre de porte, des éléments vont peut-être cacher l'écran. Aussi, parce que l'environnement a ses restrictions, votre personnage sera parfois bloqué par une roche mal placée. Ça devient particulièrement frustrant quand vous utilisez la mécanique de verrouillage sur un ennemi, et que la caméra ne coopère pas. 

Malgré ses quelques problèmes, Hyrule Warriors: Age of Calamity demeure un jeu excessivement amusant. On pardonne vite quand on s'amuse

Une belle intro 

Hyrule Warriors: Age of Calamity réussit une mission pas facile: il présente un prequel de Breath of the Wild sous un tout autre angle. Le monde n'est pas ouvert, il n'y a pas de puzzles, d'escalade, ni d'exploration. C'est une offre qui pourrait refroidir beaucoup de fans. Mais ça fonctionne, et c'est en grande partie parce que c'est super divertissant. 

Il y a une parfaite harmonie entre le gameplay et les extraits de l'histoire. C'est tout un exploit, quand même. Ça n'a pas été évident dès le début dans mon cas, mais après quelques heures, j'étais totalement accrochée et j'en voulais plus. 

Les conversations entre Zelda et sa bande sont plus poussées que dans Breath of the Wild et on en apprend beaucoup plus sur les intentions des personnages. Il y a aussi quelques moments doux entre Link et Zelda, et c'est un peu ça qui m'a aidé à embarquer dans le jeu. Link & Zelda forever.

Capture d'écran: Kazzie Charbonneau

C'est le type de jeu que vous pouvez jouer pour vous défouler un peu, tout en mettant votre cerveau sur pilote automatique. Si vous faites les quêtes principales en vous dépêchant, il est possible que le jeu semble trop court, mais observez bien la carte. Elle est remplie de choses à faire.

Ça aura demandé quelques heures, mais j'ai été totalement conquise par ce jeu rempli d'événements et d'activités qui explorent le Fléau. Mais surtout, le plus important, c'est que j'ai eu beaucoup de fun.

Le bon

  • Les cinématiques de Zelda et sa bande
  • Le gameplay amusant 
  • Mécaniques de combats complexes pour chaque personnage
  • Les combats contre les boss
  • La quête principale est assez longue

Le moins bon

  • Peut être répétitif pour certains joueurs
  • Baisses de frame rate
  • Caméras parfois peu coopératives