Explosion des abonnements sur les plateformes de visionnement | Pèse sur start
/news

Explosion des abonnements sur les plateformes de visionnement

Image principale de l'article Explosion des abonnements sur les plateformes
AFP

C’est une conclusion pour le moins évidente: le temps passé devant un écran pour y consommer du contenu de toutes sortes a explosé depuis le début de la pandémie, et la guerre de l’attention livrée entre les plateformes s’en trouve intensifiée.

L’isolement lié aux restrictions sanitaires, en plus de la fermeture des commerces, a créé le contexte parfait pour l’explosion de la demande en contenu en ligne. Celles-ci doivent user de créativité pour nourrir l’appétit sans fin des gens coincés à la maison.

«On a énormément consommé de contenu en "streaming", a expliqué Catherine Mathys, directrice à la veille stratégique du Fonds des médias du Canada. On l’a tous vécu personnellement, mais les chiffres abondent dans le même sens : on est passés de près de 25,8 millions d’abonnements en 2019 à 38 millions en 2020» au Canada, et ce, pour des plateformes de visionnements incluant Netflix, Amazon Prime, Apple TV+, Disney+, ICI TOUT.TV EXTRA et Club Illico.

Les chiffres proviennent de la firme GlobalWebIndex et sont cités dans le rapport annuel du Fonds des médias du Canada, paru lundi.

On y apprend aussi les différences de consommation entre les francophones et les anglophones au pays, différence particulièrement notable au niveau des abonnements sur les plateformes les plus populaires.

C’est, sans surprise, Netflix qui détient le plus grand nombre d’abonnés, avec 68.3% des anglophones entre 16 et 64 ans au pays, et 52,7% chez les francophones dans la même tranche d’âge.

La deuxième plateforme la plus populaire au pays, Amazon Prime Video, a pour sa part un taux d’abonnement de 34,2% chez les anglophones et de 17,9% chez les francophones.

Pour sa part, Club illico va chercher une tranche de 15,3% chez les francophones et 1% chez les anglophones. La plateforme Crave, elle, va chercher 7,1% des francos et 16,8% des anglos. Finalement, TOUT.TV EXTRA récolte 17,3% des francophones.

«Le nerf de la guerre quand il y a une guerre de contenu comme ça, c’est le ciblage», a expliqué Mme Mathys. Mieux encore, le «microciblage» qui se base sur une foule d’informations plus précises sur les individus afin de pouvoir offrir du contenu ajusté

«Pour tenter d’obtenir le plus d’attention possible le plus tôt possible dans la diffusion de la série, c’est d’aller rejoindre les gens directement selon leurs intérêts. D’aller rejoindre des communautés d’intérêts directement.»

La consommation de contenu se fait toujours en majeure partie à travers les téléphones intelligents (94,6% pour les anglos, 89,2% pour les francos), à l’instar des autres pays du G8. Cela est suivi de près par le visionnement à travers l’ordinateur, qui s’établit à plus de 79% pour tous.