La cybercriminalité, principal risque pour l'économie? | Pèse sur start
/news

La cybercriminalité, principal risque pour l'économie?

Le président de la Banque centrale américaine est plus inquiet du risque d'une cyberattaque à grande échelle que d'une crise financière mondiale semblable à celle de 2008. 

• À lire aussi: Après le piratage de 500 M de comptes, Facebook encaisse une fuite d’une base de données de numéros de téléphone

Les risques d'une crise ressemblant à celle de 2008 avec le besoin de renflouement des banques par les gouvernements «sont très, très faibles», a déclaré Jerome Powell, au cours de l'émission 60 minutes sur la chaîne américaine CBS News.

«Le monde change. Le monde évolue. Et les risques aussi. Et je dirais que le risque que nous surveillons le plus est le cyber-risque», a-t-il dit, ajoutant que c'est une inquiétude partagée par de nombreux gouvernements, de grandes entreprises privées en particulier financières. C'est aussi contre ce risque que tous ces acteurs investissent le plus.

Jerome Powell a souligné que la Réserve fédérale envisage différents types de scénarios.

«Il existe des scénarios dans lesquels [...] le système de paiement ne peut pas fonctionner. Les paiements ne peuvent pas être effectués. Il existe des scénarios dans lesquels une grande institution financière perdrait la capacité de suivre les paiements qu'elle effectue et des choses de ce genre», a-t-il détaillé.

La Réserve fédérale envisage aussi la possibilité qu'une partie ou même une grande partie du système financier puisse s'arrêter.

«Nous passons donc beaucoup de temps, d'énergie et d'argent pour nous prémunir contre ça», a souligné le patron de la puissante institution, en rappelant qu'il y a des cyberattaques de grandes institutions «tous les jours».

Dollar numérique

Jerome Powell a par ailleurs été interrogé sur la possibilité de créer un dollar numérique alors que la Chine est devenue le mois dernier la première grande puissance économique mondiale à dévoiler une cryptomonnaie.

Il a souligné que pour l’heure, la Fed évaluait cette possibilité.

«Nous pensons qu’il est de notre devoir de comprendre. Comment cela fonctionnerait-il? Quelles en seraient les caractéristiques ?», a-t-il expliqué.

Il a également indiqué que la Fed était en train de développer un logiciel et même de concevoir l’apparence d’un dollar numérique américain, mais la décision finale de le rendre public ne sera prise qu’une fois son impact pleinement compris.

Le dollar est «la monnaie de réserve du monde. Le dollar est si important [...] Nous n’avons pas besoin d’être les premiers à le faire. Nous voulons bien faire les choses. Et c’est ce que nous allons faire», a-t-il insisté.

En octobre dernier, Jerome Powell avait déjà indiqué que les États-Unis réfléchissaient à l’émission de leur cryptomonnaie, mais il avait alors prévenu que l’évaluation complète des avantages et des risques prendrait du temps.

La création d’un dollar numérique pourrait être bénéfique à l’économie américaine, a estimé plus récemment la secrétaire au Trésor, Janet Yellen dans un entretien au New York Times publié le 22 février dernier.

Elle avait alors évoqué la nécessité pour les Banques centrales de bien évaluer les problématiques associées, notamment la protection des consommateurs.

S’agissant de l’économie américaine, Jerome Powell a estimé qu’elle était désormais «à un point d’inflexion»: la croissance et l’emploi vont s’accélérer dans les mois à venir.

Mais il a une nouvelle fois insisté sur le fait que la pandémie de COVID-19 continuait à présenter un risque.

s

s