Les gens en détresse peuvent maintenant clavarder avec un intervenant spécialisé | Pèse sur start
/news

Les gens en détresse peuvent maintenant clavarder avec un intervenant spécialisé

La pandémie ayant fait croître la détresse au sein de la population, le Service numérique québécois en prévention du suicide, qui permet de clavarder à l’adresse suicide.ca, sera maintenant disponible 24 heures sur 24, sept jours sur sept. 

Le Service numérique québécois en prévention du suicide a été mis sur pied en octobre dernier par l’Association québécoise de la prévention du suicide (AQPS), avec le soutien du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Une somme de 4 millions $ a été accordée pour assurer la présence, en tout temps, d'intervenants spécialisés pour venir en aide aux gens ayant besoin de soutien ou inquiets pour un proche, ainsi qu’aux endeuillés du suicide.

Une application mobile est aussi disponible depuis novembre dernier.

Les interventions sont faites dans les deux langues officielles par des intervenants des trois partenaires cliniques de l’AQPS, soit le Centre de prévention du suicide 02, le Centre de prévention du suicide de Québec et Suicide Action Montréal.

Le clavardage à temps plein complète les autres services comme la ligne provinciale d’intervention en prévention du suicide 1 866 APPELLE (277-3553).

«L’initiative de l’AQPS permet aux personnes d’obtenir en tout temps un service professionnel et confidentiel. Il s’agit d’une approche novatrice qui est adaptée et accessible à tous les groupes d’âge. Nous souhaitons que cette approche contribue à sauver davantage de vies au Québec», a dit le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

«Certaines personnes sont moins enclines à utiliser les services d’aide téléphoniques ou les rencontres en personne pour exprimer leur détresse et demander du soutien. Elles communiquent parfois plus aisément leurs difficultés dans les environnements virtuels», a indiqué pour sa part le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant.

Le site suicide.ca comporte aussi divers outils pour prendre soin de santé mentale.

«Avec l’ajout de l’intervention par texto, qui sera disponible prochainement, le Service numérique québécois en prévention du suicide permettra de renforcer le filet humain dans les espaces Web», a conclu le directeur général de l’AQPS, Jérôme Gaudreault.

SI VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE