Essai Epson EcoTank ET-4760, le grand retour des imprimantes jet d’encre | Pèse sur start
/news

Essai Epson EcoTank ET-4760, le grand retour des imprimantes jet d’encre

Image principale de l'article Le grand retour des imprimantes jet d’encre

Peu chères à l’achat, mais horriblement dispendieuses à l’usage, les imprimantes à cartouches d’encre en ont fait rager beaucoup, dont moi.  

Pendant quelques années, j’ai utilisé une imprimante à 8 cartouches – 7 couleurs et une cartouche pour la finition lustrée. Celle-ci a terminé sa carrière dans le bac de recyclage de Bureau en gros et qui a été remplacée par une imprimante laser couleur. Cette dernière n’est pas idéale pour imprimer des photos couleur, mais comme mon utilisation se limite aux documents texte en noir ou en couleurs, cette dernière me convient parfaitement.

Et reflet de notre temps, nos écrans sur téléphones intelligents et tablettes ont remplacé le papier comme support photographique.

Malgré tout, les fabricants d’imprimantes comme Epson n’ont pas mis une croix sur les jets d’encre – ils les ont tout simplement adaptées aux besoins de la demande.

Ce qui donne chez Epson une très intéressante imprimante à grands réservoirs d’encre comme cette imprimante tout-en-un EcoTank ET-4760 avec numériseur, copieur et télécopie adaptée au travail à domicile ou en petite entreprise.

La tout-en-un ET-4760 et ses 4 bouteilles #502

Epson

La tout-en-un ET-4760 et ses 4 bouteilles #502

On retrouve ici les habituelles encres noir, magenta, cyan et jaune pour l’impression recto verso en formats lettre ou 8x14. Pour de la qualité photo, il suffit de l’alimenter en papier fini glacé de qualité.

Grands volumes   

Parlant d’encres, adieu cartouches, place aux encres en bouteilles. Celle de l’encre noire contient 127 ml et les trois autres couleurs 70 ml chacune, livrées avec l’imprimante ET-4760. Epson estime la production à 7500 pages en noir et 6000 autres en couleurs « en fonction de volumes d’impression moyens de documents d’environ 200 pages par mois ». Même en divisant par deux ces volumes, comme rendement, c’est énorme.

Prix de l’appareil et des bouteilles d’encre   

Coup d’œil sur Epson et Amazon, les deux sites affichent 570 $ (tous prix arrondis, rabais inclus, avant taxes) tandis que le trio de bouteilles couleurs est respectivement 50,79 $ et 55,79 $ et celle d’encre noire 26,09 $ et 28,69 $. Si le géant Amazon demande un peu plus cher, la livraison y est incluse. Chez Epson, il faut un panier d’achats de 150 $ et plus pour obtenir la livraison gratuite, l’équivalent de 2 trios et de 2 bouteilles noires, numéro 502.

Installation   

Comptez quelques heures pour installer et vous familiariser avec les quatre fonctions de cette imprimante tout-en-un qui offre tous les types de connexion : USB, câble réseau Ethernet, sans fil Wi-Fi ainsi que la fiche téléphone pour le télécopieur. Cela dit, seul le câble d’alimentation est fourni. Matériellement, le plastique abonde et résonne dans son fonctionnement.

Première étape, remplir les quatre réservoirs avec les bouteilles dotées d’une tête spéciale qui évite tout dégât ou débordement. Une fois fait, on peut alors brancher et mettre en marche l’imprimante qui procédera à l’amorçage des encres dans les tubes et la tête d’impression ; durée environ 10 minutes. Ensuite, comme il reste de l’encre résiduelle dans les bouteilles – c’est prévu ainsi –, on répète et complète le remplissage des réservoirs. Les quantités sont parfaitement bien calculées, si bien que les bouteilles sont à la fin vides et les réservoirs pleins.

L’étape suivante est l’installation des logiciels et des pilotes. Tout s’est bien passé pour mon système macOS 11. 

Pour simplifier la configuration Wi-Fi, j’ai passé par la connexion USB avec mon ordinateur pour éviter d’utiliser le panneau tactile qui, malgré sa simplicité, reste un peu trop petit avec ses doigts.

Calibration à la loupe   

Que ce soit du menu sur le panneau tactile ou du programme Epson Software Updater sur son ordinateur, télécharger la mise à jour du micrologiciel de l’imprimante est à faire. Comptez un bon 10 minutes là aussi.

Autre étape importante, celle de la calibration de la tête d’impression, sans doute la partie la plus délicate et la plus longue de l’installation-configuration. Avec du papier lettre, il faut choisir entre plusieurs tests imprimés les meilleurs alignements. Munissez-vous d’une loupe si possible, ça m’a aidé. Cette étape du calibrage mériterait d’être améliorée.

Numériseur   

Très complet, ce modèle tout-en-un est très compact. Sur le dessus, le dispositif d’alimentation papier qui peut numériser jusqu’à 30 pages recto n’est pas à l’abri du bourrage occasionnel, comme cela m’est arrivé. Mais l’ensemble est satisfaisant hormis l’absence de numérisation recto verso. Et si on soulève le dispositif, on accède à la surface vitrée de numérisation pour les tâches à la pièce.

En passant, à ceux qui utilisent l’excellent VueScan, ce logiciel compatible avec la quasi-majorité des numériseurs disponibles fonctionne très bien avec cette Epson ET-4760.

Fichier d'impression test

Impression   

Sans atteindre les performances d’imprimantes couleurs haut de gamme ou professionnelles, la qualité d’impression est meilleure que je ne l’anticipais. Avec un fichier d’image test imprimé sur du papier fini glacé, la précision est au rendez-vous et je n’ai pas trouvé de bandes dans les niveaux de gris – peut-être à cause de la bonne exécution du calibrage au départ – mentionnées dans certains tests.

En cherchant des défauts, les tons de chair mériteraient d’être légèrement rehaussés et le jaune plus éclatant.

Par ailleurs, les documents texte avec ou sans couleurs sont parfaitement reproduits.

Bref, pour des photos occasionnelles et des tâches bureautiques, cette tout-en-un vaut le coût d’achat en rappelant l’excellent rendement coût par impression qu’il faut pour me faire oublier les dispendieuses cartouches d’autrefois.

L'imprimante tout-en-un EcoTank ET-4760 en version noire

Epson

L'imprimante tout-en-un EcoTank ET-4760 en version noire