Tout costume de Squid Game interdit dans des écoles pour l’Halloween | Pèse sur start
/news

Tout costume de Squid Game interdit dans des écoles pour l’Halloween

Image principale de l'article Les costumes Squid Game interdits dans des écoles
Photo courtoisie, Netflix

Devant la popularité grandissante de la série télévisée Le jeu du calmar, ou Squid Game en anglais, des directions interdisent tout costume faisant référence à cette série violente pour les activités d’Halloween qui se dérouleront dans leur école au cours des prochains jours.

• À lire aussi: Voyez les acteurs de Squid Game tenter eux-mêmes le «Dalgona Challenge» [VIDÉO]

• À lire aussi: Squid Game: les acteurs expliquent pourquoi les scènes en anglais sont incroyablement mauvaises

C’est le cas notamment de l’école primaire du Boisé, à Charlesbourg, d'où un message a été envoyé aux parents à ce sujet mercredi. «Il fut décidé d’interdire ce type de costume pour l’Halloween considérant que cela ne correspondait pas aux valeurs et aux règles de vie de l’école notamment en termes de violence», a indiqué Martine Chouinard, secrétaire générale du Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries.

Des parents ont salué l’intervention, a-t-elle mentionné.

Il s’agit en effet d’une directive «raisonnable», selon Caroline Fitzpatrick, professeure à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke, afin d’éviter de susciter encore plus l’envie de regarder la série chez les enfants. 

«Les risques d’interdire le costume sont minimes alors que permettre à des enfants de se déguiser en personnages de Squid Game peut venir augmenter la popularité et l’intérêt envers cette émission-là», affirme-t-elle. 

L’exposition à du contenu violent à l’écran peut entraîner des troubles du sommeil et augmenter la peur chez certains enfants anxieux. «Il y a toujours une possibilité que les enfants soient motivés à répliquer les actions de personnages dans les médias», ajoute Mme Fitzpatrick. 

À long terme, les enfants qui sont exposés à beaucoup de contenu médiatique violent peuvent devenir moins empathiques et être portés à croire que la violence est une bonne façon de résoudre ses problèmes, ajoute la professeure de l’Université de Sherbrooke. 

Aux parents qui autorisent leur enfant à visionner cette série sud-coréenne classée 18 ans et plus, elle les encourage à avoir «une discussion ouverte et sensible sur la violence» qui y est omniprésente. 

L’engouement pour cette série est mondial. Des écoles du district scolaire de New York ont aussi annoncé que les costumes faisant référence à cette série étaient interdits pour l’Halloween.

À VOIR AUSSI...  

s

s