CD Projekt, éditeur de Cyberpunk 2077 et The Witcher, suspend la vente de ses jeux en Russie et en Biélorussie | Pèse sur start
/techno/affaires

CD Projekt, éditeur de Cyberpunk 2077 et The Witcher, suspend la vente de ses jeux en Russie et en Biélorussie

Image principale de l'article CD Projekt suspend la vente de ses jeux en Russie
Photo AFP

L’éditeur polonais CD Projekt, derrière les franchises Cyberpunk 2077 et The Witcher, a répondu à l’appel lancé mercredi par le vice-premier ministre ukrainien et a annoncé qu’il arrêterait de vendre ses jeux en Russie et en Biélorussie jusqu’à nouvel ordre.

• À lire aussi: Ukraine: l’industrie du jeu vidéo du Québec remettra 72 350$ à la Croix-Rouge canadienne

• À lire aussi: Ukraine: Spotify ferme ses bureaux en Russie et retire des contenus

«À la lumière de l’invasion militaire russe dans notre pays voisin de l’Ukraine, le Groupe CD Projekt a pris la décision, jusqu’à nouvel ordre, d’interrompre la vente de tous nos jeux en Russie et en Biélorussie», a affirmé l’équipe dans un message publié jeudi sur Twitter.

L’entreprise dit «travailler avec ses partenaires pour suspendre les ventes numériques et cesser la livraison de stocks physiques» de ses produits. La mesure touchera également tous les jeux distribués sur la plateforme GOG, qui appartient au groupe.

Affirmant «se tenir fermement aux côtés du peuple d’Ukraine», l’équipe de CD Projekt motive sa décision en disant croire que «les entités commerciales, lorsque unies, ont le pouvoir d’inspirer un changement global dans le cœur et l’esprit des gens ordinaires».

«Nous savons que les joueurs en Russie et en Biélorussie, des personnes qui n’ont rien à voir avec l’invasion de l’Ukraine, seront touchés par cette décision, mais, par ce geste, nous voulons galvaniser encore plus la communauté mondiale à parler de ce qui se passe au cœur de l’Europe, précise-t-on dans la missive. À nos frères et sœurs qui se battent pour leur pays – restez forts!»

Solidarité et sanctions dans l'industrie vidéoludique 

Rappelons que, mercredi, le vice-premier ministre de l’Ukraine Mykhailo Fedorov avait interpellé l’industrie vidéoludique en lui demandant d'appliquer des sanctions sur les marchés russe et biélorusse, en réponse à l’invasion menée par la Russie en Ukraine.

Plus précisément, Fedorov, qui agit aussi comme ministre ukrainien de la Transformation numérique, demandait de «bloquer tous les comptes russes et biélorusses, d’arrêter temporairement la participation d’équipes russes et biélorusses dans les événements esport à l’international et d’annuler tout événement international se déroulant sur le territoire de la Russie ou de la Biélorussie».

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, un grand nombre de membres de l’industrie vidéoludique, incluant des membres du Québec, ont fait des dons importants pour soutenir l’effort humanitaire visant à aider la population ukrainienne.

Dans le même ordre d’idées, l’éditeur EA Sports a également annoncé mercredi qu’il retirerait les équipes nationales russe et biélorusse de ses jeux NHL 22 et FIFA 22.

Sur le même sujet