Le cyberflashing devient illégal en Angleterre | Pèse sur start
/misc

Le cyberflashing devient illégal en Angleterre

Image principale de l'article Le cyberflashing devient illégal en Angleterre
Getty Images/iStockphoto

Est-ce la fin des « dick pics » sur les réseaux sociaux? Recevoir des photos non sollicitées de pénis en message privé, sur les réseaux sociaux, est tristement le quotidien de nombreuses utilisatrices. Un acte désormais puni par la loi en Angleterre et au Pays de Galles.

Le cyberflashing est enfin reconnu aussi sérieux que s'exhiber dans la vraie vie. «Le prochain projet de loi sur la sécurité en ligne obligera les entreprises technologiques à empêcher l'utilisation de leurs plateformes pour commettre des actes ignobles de cyberflashing. Nous allons peser de tout notre poids sur les individus qui commettent ce comportement horrible », a déclaré Nadine Dorries, secrétaire d'Etat au Numérique, à la Culture, aux Médias et aux Sports, dans le gouvernement britannique de Boris Johnson.

Les criminels pourront écoper de deux ans de prison pour l'envoi d'une «dick pic», ces photos non sollicitées de pénis. D'autres mesures devraient être dévoilées dans le cadre de la nouvelle version du projet de loi sur la sécurité en ligne, a précisé The Guardian.

Cette loi obligera les réseaux sociaux à mettre en place une meilleure modération pour lutter contre des contenus illégaux et inappropriés aussi bien pour les utilisateurs mineurs que majeurs. Les plateformes devront également s'attaquer aux escroqueries pour mieux protéger leurs utilisateurs, tandis que les sites pornographiques devront veiller à mieux vérifier l'âge de leurs visiteurs. 

Outre les photos indécentes non sollicitées, les messages haineux seront eux aussi dans le viseur. Les raids de haine, les fausses alertes à la bombe et autres messages menaçants tomberont aussi sous le joug de cette loi sur la sécurité en ligne. Une véritable avancée dans la lutte contre le cyberharcèlement qui a explosé ces dernières années, entre la multitude de réseaux sociaux et la crise sanitaire qui a augmenté le temps d'écran.

Les plateformes ne respectant pas à la loi pourront se voir infliger des amendes jusqu'à 10% du chiffre d'affaires mondial, par Ofcom, le régulateur des communications.


s

s