Apple travaillerait sur un service d'abonnement matériel pour les iPhone | Pèse sur start
/techno/gadgets

Apple travaillerait sur un service d'abonnement matériel pour les iPhone

Image principale de l'article Des iPhone par abonnement?
AFP

Les iPhone et autres appareils d'Apple sont devenus de plus en plus chers et la société pourrait utiliser des modèles de vente alternatifs pour rejoindre davantage de clients qui seraient intéressés par d’autres moyens d’acquisition. 

Selon des informations obtenues par l’agence de presse Bloomberg, Apple serait à développer un service d'abonnement matériel pour l'iPhone et d'autres produits étiquetés de la pomme. À l'instar du programme de mise à niveau de l'iPhone, vous payeriez des frais mensuels plutôt qu'un coût initial ou des versements financés. Comme tout abonnement, le tout serait géré par le biais de votre compte Apple.

Bien que ce service soit à l’étude, ce serait la plus grande incursion d’Apple dans le domaine des ventes récurrentes automatiques permettant aux utilisateurs de s'abonner à du matériel pour la première fois – plutôt qu'à de simples services numériques.

MacBook Pro d'Apple

Abonnements matériels  

L'adoption d'abonnements matériels, qui s'apparentent à un programme de location automatique, constituerait un changement de stratégie majeur pour une entreprise qui a généralement préféré vendre ses appareils – parfois par le biais de versements échelonnés ou de subventions des opérateurs cellulaires. Cela pourrait aider Apple à générer plus de revenus et permettre aux consommateurs d'accepter plus facilement de dépenser des milliers de dollars pour de nouveaux appareils, selon Bloomberg, dont les informateurs souhaitent ne pas être nommés.

Le programme serait différent d'un programme à tempérament dans la mesure où la recharge mensuelle ne serait pas le prix de l'appareil réparti sur 12 ou 24 mois. Il s'agirait plutôt d'une redevance mensuelle non encore déterminée qui dépendrait de l'appareil choisi par l'utilisateur.

Pareil programme serait aussi plus facile à gérer que les modalités de paiement, mais rendrait les services existants moins attrayants.

À suivre.

Photo : Maxime Johnson.