Écouteurs Dyson Zone : cinq bonnes (et moins bonnes) raisons pour les porter | Pèse sur start
/news

Écouteurs Dyson Zone : cinq bonnes (et moins bonnes) raisons pour les porter

Aspirateurs, séchoirs, ventilateurs, lampe : le fabricant Dyson est connu pour ses designs hors de l’ordinaire. Son nouveau casque d’écoute purificateur d’air (!) ne fait pas exception à la règle.

Le Dyson Zone est un « casque d’écoute purificateur d’air ».
Photo : Dyson

Le Dyson Zone est un « casque d’écoute purificateur d’air ».

Le Zone dévoilé mercredi est le premier appareil à porter du fabricant anglais Dyson. Il s’agit d’un « casque d’écoute purificateur d’air », une catégorie de produit dont on ignorait tous l’existence avant aujourd’hui (et qui nous a même fait douter un instant si on était bien le 30 mars ou le 1er avril).

Mais pourquoi porter un tel casque plutôt qu’un simple masque et une paire d’écouteurs? C’est la question à laquelle nous avons tenté de répondre. 

Pour affronter le smog et la pollution    

Le Zone reprend le style visuel des appareils Dyson.

Capture d’écran : Dyson.

Le Zone reprend le style visuel des appareils Dyson.

C’est la raison officielle derrière le lancement du Dyson Zone. L’appareil est en effet doté de deux mini compresseurs, un dans chaque écouteur, ce qui permet d’aspirer l’air, de le filtrer avec un filtre à deux couches et de diriger un courant d’air purifié directement devant notre visage afin de créer une bulle d’air frais. 

Un filtre électrostatique permet de capturer des particules ultrafines (allergènes, poussière industrielle, etc.), et la seconde couche de carbone enrichi de potassium capture des polluants comme le dioxyde d’azote, le dioxyde de souffre et l’ozone (qu’on aime dans la stratosphère, mais déteste au sol). 

Évidemment, on s’entend que l’intérêt pour la solution ne sera pas le même dans toutes les villes et tous les pays. Le Dyson Zone sera en effet plus pratique pour faire une heure d’autoroute en tuk-tuk à Delhi en Inde (l’auteur de ces lignes et ses poumons parlent ici d’expérience) que pour faire une randonnée au Parc Forillon en Gaspésie. 

Pour protéger les autres après avoir mangé un shish taouk avec patates à l’ail    

Le Zone est aussi un casque d’écoute à réduction active du bruit.

Photo : Dyson.

Le Zone est aussi un casque d’écoute à réduction active du bruit.

Le Dyson Zone n’est pas seulement qu’un purificateur d’air : c’est un casque d’écoute en bonne et due forme, qui promet un son haute-fidélité et une technologie de réduction active du bruit (on espère, considérant qu’on a un compresseur devant chaque oreille!). D’ailleurs, vous pouvez porter le casque sans sa « visière » - c’est le nom donné par Dyson à l’élément devant le visage -, ce qui est pratique pour écouter sa musique à la maison ou au bureau, par exemple. 

Cela dit, la visière semble aussi une excellente façon d’envoyer un message clair aux autres : je ne veux pas vous parler (que ce soit par envie de solitude ou pour les protéger de l’odeur de l’extra patates à l’ail que vous avez commandé le midi avec votre pita shish taouk). 

Pour aller dans une zone (légèrement) infectieuse   

Le Dyson Zone filtre 99% des particules de plus de 0,1 micron, ainsi que plusieurs gaz polluants.

Capture d’écran : Dyson.

Le Dyson Zone filtre 99% des particules de plus de 0,1 micron, ainsi que plusieurs gaz polluants.

Dyson ne met pas de l’avant l’efficacité du Zone pour prévenir la transmission des virus, mais dans les tests de l’entreprise (pour qui la purification d’air est un domaine de prédilection depuis quelques années déjà), l’appareil aurait été en mesure de filtrer les virus MS2 et H1N1. Il n’a toutefois pas été testé contre des coronavirus. Il faut dire que son développement a nécessité 500 prototypes en six ans, et qu’il a donc débuté longtemps avant la pandémie. 

Son filtre capture 99% des particules de pollution aussi petites que 0,1 micron, selon les mesures de l’entreprise. Un masque N95, en comparaison, capture 95% des particules jusqu’à 0,3 micron. Non, ce n’est pas une combinaison Hazmat, mais ça devrait tout de même augmenter la protection de la personne qui le porte. 

L’appareil sera d’ailleurs livré avec un accessoire pour fermer hermétiquement le design sur le visage de son porteur, afin de respecter les consignes de port du masque lorsqu’elles sont en vigueur. 

Improviser un cosplay de Dune à la dernière minute   

Le Dyson Zone n’est pas un masque Fremen.

Photomontage : Maxime Johnson.

Le Dyson Zone n’est pas un masque Fremen.

Dans l’univers Dune, le peuple des Fremen porte un distille, une tenue qui recouvre le corps et permet de filtrer l’eau, notamment grâce à un tube inséré dans leurs narines et un masque qui recouvre la bouche. 

Le Dyson Zone ne s’insère pas dans le nez directement, et il ne récupère pas notre humidité. En fait, il ne ressemble pas tant au masque des Fremen. Cette raison était surtout une excuse pour imaginer de quoi aurait l’air Timothée Chalamet avec le Dyson Zone.  

Pour accueillir le futur   

Frank, le mannequin développé pour tester l’efficacité du Dyson Zone.

Photo : Dyson.

Frank, le mannequin développé pour tester l’efficacité du Dyson Zone.

On va se le dire : le présent était jusqu’ici un peu plate par rapport au futur imaginé le siècle dernier. On scrute encore le ciel à la recherche de voitures volantes, nos chaussures Nike ne s’attachent pas toutes seules et les skateboards ne flottent toujours pas dans les airs. On regarde dehors, et le monde n’a pas trop changé par rapport à 1985. 

Le Dyson Zone a toutefois quelque chose de particulièrement futuriste avec son design original, ses technologies modernes (des écouteurs avec des compresseurs à l’intérieur, c’est quand même impressionnant) et son côté dystopique. 

Pendant que plusieurs attendent le retour à la vie d’avant, on dirait que porter le Dyson Zone équivaut à déclarer aux autres que le futur est là, et qu’on est prêt à s’y adapter, pour le meilleur et pour le pire. 

Le Dyson Zone sera lancé à l’automne 2022, pour un prix qui n’a pas encore été annoncé. 


s

s