Retraite de Bruce Willis: sa carrière en 10 rôles marquants | Pèse sur start
/entertainment/cinema

Retraite de Bruce Willis: sa carrière en 10 rôles marquants

Image principale de l'article Bruce Willis: sa carrière en 10 rôles marquants
Montage Christine Lemus

Aux prises avec des problèmes de santé, Bruce Willis a tiré sa révérence du métier d’acteur ce mercredi. Plus de 35 ans après son arrivée à Hollywood, il laisse néanmoins une trace indélébile dans le cœur des cinéphiles.

• À lire aussi: Haley Joel Osment, le petit gars du Sixième Sens, rend un touchant hommage à Bruce Willis

À travers une carrière qui s’étend sur plusieurs décennies, Willis a multiplié les rôles marquants au grand écran, amassant au passage autant de répliques cultes que d'admirateurs dévoués.

De Pulp Fiction à Die Hard, en passant par The Sixth Sense et 12 Monkeys, l’acteur a montré qu’il savait jouer les héros d’action, en plus de faire preuve d’un étonnant sens dramatique.

Certes, Bruce Willis a accumulé son lot de navets au cours des dernières années, mais, ça, on en parlera une autre fois!

D’ici là, souvenons-nous de 10 de ses rôles marquants au cinéma.

John McClane dans Die Hard (1988)  

Fut une époque où l’idée de voir Bruce Willis incarner un héros d’action faisait rire et sourciller les producteurs d’Hollywood... puis est arrivé Die Hard en 1988, chamboulant à jamais la carrière de l’acteur américain.

Réalisé par John McTiernan, le film y voit Willis revêtir la camisole de John McClane, un policier de New York qui tente de sauver sa femme et ses collègues pris en otage par des terroristes allemands dans un gratte-ciel de Los Angeles. Un personnage mythique en tout point, qui fera de Willis une tête d’affiche incontournable.

Malcolm Crowe dans The Sixth Sense (1999)  

Dans ce thriller réalisé par M. Night Shyamalan, Bruce Willis incarne le rôle du Dr Malcolm Crowe, un psychologue pour enfants. Son personnage fait la rencontre d’un jeune garçon de neuf ans, Cole Sear (Haley Joel Osment), qui dit voir des gens morts se déplacer autour de lui.

The Sixth Sense fut un énorme succès, récoltant des recettes mondiales de plus de 672 millions de dollars.

Butch Coolidge dans Pulp Fiction (1994)  

Difficile de trouver un film qui a davantage marqué les esprits que Pulp Fiction, l’une des nombreuses œuvres cultes de Quentin Tarantino. Et ce succès, le réalisateur le doit notamment à l’incroyable brochette d’acteurs qui en compose la distribution, dont Bruce Willis. Ce dernier y incarne le boxeur Butch Coolidge, emmêlé dans un conflit avec le crime organisé qui prend des proportions inimaginables.

Un film récompensé de nombreuses fois, qui offre une occasion en or à Willis de sortir de son registre habituel.

John Hartigan dans Sin City (2005)  

Cette adaptation de la célèbre série de comics du même nom a été réalisée par son créateur, Frank Miller, ainsi que Robert Rodriguez.

Bruce Willis y incarne Hartigan, un honnête policier qui traque Roark Jr (Nick Stahl), le fils d’un sénateur qui a enlevé de jeunes filles, dont la petite Nancy Callahan, une enfant de 11 ans.

Korben Dallas dans The Fifth Element (1997)  

Luc Besson a offert un paquet de répliques et moments cultes aux cinéphiles avec The Fifth Element, mais aussi un rôle taillé sur mesure à Bruce Willis, avec l’hilarant et, surtout, désabusé chauffeur de taxi volant Korben Dallas. Antihéros blasé, Dallas devra –malgré lui– sauver la Terre d’une sombre et mystérieuse menace.

Aux côtés de Gary Oldman et de Milla Jovovich, Willis mêle, dans Le Cinquième Élément, l’humour et l’action comme à peu près lui seul sait le faire. Encore un réel plaisir à visionner, même 25 ans plus tard.

James Cole dans 12 Monkeys (1995)  

12 Monkeys est un film de science-fiction mettant en vedette Bruce Willis, dans le rôle de James Cole, aux côtés de Brad Pitt, qui incarne Jeffrey Goines.

Le film se déroule dans un futur où la surface de la Terre est devenue inhabitable en raison d’un virus mortel qui a éradiqué la majeure partie de la population mondiale. James sera envoyé dans le passé pour recueillir des informations sur l’origine de ce virus.

David Dunn dans Unbreakable (2000)  

Après The Sixth Sense, Bruce Willis fait de nouveau équipe avec M. Night Shyamalan dans Unbreakable, un suspense surnaturel où l’acteur incarne David Dunn, un gardien de sécurité qui se rend compte qu’il détient des pouvoirs surhumains après avoir survécu à un terrible déraillement de train sans aucune blessure.

Willis reprendra le rôle de Dunn une vingtaine d’années plus tard dans Split, puis dans Glass, où il retrouve le vilain Mr Glass de Samuel L. Jackson.

Harry Stamper dans Armageddon (1998)  

24 ans après sa sortie, Armageddon est une superproduction qui fait rire pour plusieurs mauvaises raisons, mais il faut néanmoins reconnaître que le film catastrophe de Michael Bay a une fois de plus permis de cimenter le statut de grande vedette de l’action de Willis. Ce dernier y joue le rôle d’Harry Stamper, un foreur de pétrole envoyé dans l’espace pour détruire un astéroïde qui menace d’anéantir la Terre.

Certainement pas une interprétation qui mérite un Oscar, mais néanmoins un rôle marquant.

Capitaine Duffy Sharp dans Moonrise Kingdom (2012)  

Le réalisateur Wes Anderson est un habitué des distributions éclectiques et n’a donc pas manqué la chance d’ajouter l’iconique Bruce Willis à l’affiche de Moonrise Kingdom, aux côtés notamment de Bill Murray, de Frances McDormand, de Edward Norton, de Tilda Swinton et de Jason Schwartzman. Willis y incarne le capitaine Duffy Sharp, un policier chargé de retrouver deux jeunes amoureux en fuite.

Adorable et excentrique, Moonrise Kingdom s’est avéré une charmante incursion dans le cinéma d’auteur pour Bruce Willis.

Joe dans Looper (2012)  

Bruce Willis a effectué un retour réussi à la science-fiction dans Looper, réalisé par Rian Johnson. L’acteur y joue le rôle de Joe, un tueur à gages qui est renvoyé dans le passé, où une version jeune de lui-même essaie de l’assassiner.

Un film intelligent qui exploite à merveille le concept de boucle temporelle, mais qui renferme aussi d’excellentes séquences d’action dans lesquelles, sans grande surprise, Willis brille.


AUSSI SUR PÈSE SUR START  

s

s

s

Sur le même sujet