C'est quoi, le métavers? | Pèse sur start
/techno

C'est quoi, le métavers?

Image principale de l'article Comprendre le métavers, comme si vous y étiez

Commençons par une définition, celle de l’excellent Grand Dictionnaire terminologique. Le métavers, c’est un «monde virtuel, immersif et persistant, qui permet la virtualisation des activités humaines, notamment sociales, ludiques, culturelles et commerciales». 

Si le mot « persistant » vous laisse songeur, pas de soucis. Cela signifie « un monde virtuel qui existe, évolue et se développe de manière continue et autonome, indépendamment de la présence des utilisateurs ».

Ce n’est donc pas un monde virtuel qu’on active comme on met en marche ou éteint sa console de jeux. C’est un monde virtuel toujours en activité, comme une grande ville qui ne dort jamais.

Comment y accède-t-on ? À l’aide d’un casque de réalité virtuelle et des manettes ou de son ordinateur connecté à Internet.

Andrea Piacqua (Pexels)

Pourquoi Facebook y accorde tant d’intérêt ? Parce qu’en proposant ses équipements de réalité virtuelle, le groupe Meta (nouveau nom de Facebook qui devient une marque commerciale) pourra régner sur un univers qu’il contrôle de bout en bout, très similaire à la vie réelle, avec le grand avantage de se détacher des matériels et des systèmes tiers; lire Apple, Microsoft et Google. Regardez autour de vous, les appareils avec lesquelles vous vous connectez à Facebook présentement sont des appareils Mac, iPhone, iPad, Android, Chrome, Windows, etc. Et le grand patron de Meta ne veut plus en dépendre, d’où son ambition de créer ce monde métavers animé sur ses serveurs et avec son matériel. Dès 2014, Facebook achetait le fabricant de casques Oculus pour démocratiser la réalité virtuelle.

Comme une nouvelle version d’Internet 

C’est le télétravail, le commerce en ligne, le tourisme, le divertissement, les jeux et la société en générale sous des stéroïdes électroniques, tout ça dans le confort chez soi.

De cet espace virtuel et collectif qui aura sa propre économie virtuelle indépendante dotée de monnaies numériques – pensons aux jetons non fongibles NFT –, la firme Gartner prévoit que d’ici 2026, 25 % des gens y passeront au moins une heure par jour pour travailler, magasiner, s’instruire, réseauter ou se divertir.

Par exemple, vous pourrez « visiter » de nouveaux appartements à vendre, ou découvrir la version virtuelle que votre architecte aura imaginée pour votre nouvelle demeure.

Plus fort encore, de grandes marques s’y établiront en achetant avec de vrais dollars les meilleurs emplacements pour attirer la clientèle virtuelle.

Gartner

Impossible à réaliser sans intelligence artificielle 

Comme il sera pratiquement impossible de tout codifier afin de recréer ces mondes virtuels, les systèmes devront s’appuyer sur l’intelligence artificielle – à savoir des systèmes neuronaux capables de s’adapter à chaque demande, à chaque instant.

Par exemple, il n’y aura pas que des gens réels virtualisés derrière leur casque de réalité virtuelle, il y aura aussi dans ce métavers de véritables individus générés par ordinateur avec qui vous pourrez dialoguer ou jouer aux plus récents jeux.

Eugene Capon (Pexels)

Ces personnages virtuels et très photoréalistes qui prenaient des mois à concevoir pourront être créés en quelques minutes grâce à l’intelligence artificielle. Vous aurez devant vous des personnages numériques capables de reconnaître nos gestes, de ressentir nos émotions, de décoder le langage corporel en général et même de suivre nos mouvements oculaires.

Comme chacun de vous est différent, les personnages machines devront s’adapter instantanément.

Tout cela prendra du temps à se réaliser, les spécialistes parlent de 2030. La population en générale va-t-elle embarquer dans le train métavers ? Il est encore trop tôt pour le dire.

Même dans le meilleur des cas, le métavers pourra-t-il remplacer la plage, la mer et le sable chaud ? Bien sûr que non. Mais pour le reste, c’est très faisable.

Vidéo en métavers avec Mark Zuckerberg sur la monétisation des mondes virtuels