Ce Canadien joue à la même partie de Donjons & Dragons depuis 1982 [VIDÉO] | Pèse sur start
/news

Ce Canadien joue à la même partie de Donjons & Dragons depuis 1982 [VIDÉO]

Image principale de l'article Il joue à la même campagne depuis 1982
Courtoisie Instagram/@the_gamednd

En 1982, l’adolescent Robert Wardhaugh commença sa première partie de Donjons & Dragons. 40 ans plus tard, la partie est toujours en cours et selon son maître du donjon, elle n’est pas prête de finir.  

• À lire aussi: Il modifie une manette Fisher-Price pour jouer à Elden Ring sur PC

• À lire aussi: 9 jeux à essayer si vous avez aimé Elden Ring

En vedette dans un épisode dans l’un des plus récents épisodes de la websérie de Wired, Obsessed, Wardhaugh présente « The Game », une partie de Donjons & Dragons qu’il a imaginée 40 ans plus tôt. 

The Game a été créée en 1982. À l’époque, Wardhaugh avait 14 ans et vivait à Borden, en Saskatchewan. « Un ami proche venait de déménager dans la "grande ville" de Saskatoon et avait découvert un jeu relativement nouveau appelé Dungeons & Dragons », peut-on lire sur son site. « Il est [venu en ville] pour une visite et a apporté avec lui l'ensemble [du jeu] de base. Nous avons joué pendant une soirée... et j'étais accro. »

Wardhaugh avait immédiatement été attiré par l’imagination, l’histoire, la fantaisie, le côté « jeu de société » et avait un amour particulier pour les soldats en jouet. Le concept de D&D sortait des règles rigides habituelles des jeux de société traditionnels et ça l’a complètement séduit. Par accident (et par chance), son ami a laissé le Manuel des Monstres et le Guide du Maître de Donjon chez lui et avec ces bouquins comme seules ressources, il a décidé de créer sa propre campagne.

Étant donné la longévité de la campagne, sa partie comprend des règles provenant de la première édition de Donjons & Dragons, ainsi que des règles qu’il a conçues lui-même. Avec le temps, il a dû adapter sa campagne à la demande des joueurs. Ainsi, il a intégré des règles provenant des 3e, 4e et 5e éditions de D&D.

Des joueurs de partout dans le monde 

La campagne est dynamique, ce qui permet un bon déroulement. De plus, la mort permanente – ou « Permadeath » – fait partie de son jeu. « Lorsque votre personnage meurt, si vous n'avez pas d'autres personnages, vous êtes hors jeu », explique Wardaugh. Ainsi, en 40 ans de jeu, un peu plus de 50 joueurs et l’équivalent d’environ 500 personnages ont participé à la campagne de Robert Wardhaugh. 

La campagne est composée de joueurs de l'Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan, d’autres provinces canadiennes ainsi que du nord de l'Angleterre, qui voyagent souvent à London en Ontario pour jouer. « Nous avons également plusieurs joueurs (de n'importe où dans le monde) qui rejoignent des sessions par webcam (en utilisant Google Hangouts) », explique Wardhaugh sur sa page.

Ces sessions régulières de jeu ont aidé à garder son groupe d’amis ensemble et c’est en grande partie pour cette raison que Wardhaugh continue de nourrir la campagne D&D depuis 40 ans. « Plus que toute autre chose, le jeu représente l'amitié », explique-t-il. « Donc tant que je peux continuer à le faire, j'espère que pour toute ma vie, je ne perdrai pas mes amis. »

Pour visionner l'épisode 43 de la websérie Obsessed de Wired:


AUSSI SUR PÈSE SUR START 

s

s

s