Pourquoi acheter Mario Strikers: Battle League... et pourquoi passer son tour [CRITIQUE] | Pèse sur start
/critiques

Pourquoi acheter Mario Strikers: Battle League... et pourquoi passer son tour [CRITIQUE]

Mario Strikers: Battle League
Capture d'écran Nintendo Switch / Raphaël Lavoie

Mario Strikers: Battle League

Lorsqu’il est question de soccer, je suis possiblement la dernière personne à qui vous voulez parler.

• À lire aussi: Meilleurs jeux de Nintendo Switch: la sélection de Pèse sur start

• À lire aussi: Nintendo Switch Sports: l’acheter maintenant ou attendre un peu? [CRITIQUE]

Je trouve le sport ennuyeux à regarder et encore plus d'y prendre part. Pourquoi diantre vouloir courir encore et encore? Écoutez, je ne comprends juste pas l’engouement qui ne finit plus pour le soccer.

Alors si je vous dis que j’ai eu beaucoup de plaisir avec Mario Strikers: Battle League, vous pouvez me croire. Le sceptique en moi a été confondu, pas nécessairement sur tous les points, mais assez pour être agréablement surpris.

Capture d'écran Nintendo Switch / Raphaël Lavoie

En ce sens, aussi amusant que soit Battle League par moments, ce n’est pas un jeu parfait, alors qu’il est vendu pour la coquette somme de 80$.

Donc, devriez-vous acheter le plus récent jeu de sport de ce cher Mario et de sa bande? On vous dit pourquoi rejoindre la partie... et pourquoi choisir de rester assis sur le banc.

Pourquoi acheter Mario Strikers: Battle League?  

C’est amusant... et pas juste pour les fans de soccer  

Mario Strikers: Battle League a beau ne pas avoir le contenu des récents Mario Golf ou Mario Tennis (on en reparlera un peu plus tard), le titre demeure malgré tout animé par l’ADN des jeux de sport de Nintendo.

Capture d'écran Nintendo Switch / Raphaël Lavoie

La prise en main est facile, les parties – en cinq contre cinq, incluant les gardiens – sont déjantées et, au final, on s’amuse comme des enfants jadis stationnés devant une Nintendo 64 un beau samedi matin.

Sans grande surprise, on est donc loin d’un jeu s'adressant uniquement aux puristes du ballon rond. Ici, la balle ne sort jamais du terrain, on peut plaquer les autres joueurs et les buts s’enchaînent plus vite qu’au basketball (ou presque). Un peu comme dans Mario Kart, on peut même ramasser des objets pour obtenir des avantages ou distraire l’adversaire.

En même temps, je suis persuadé que les fans de soccer plus classique y trouveront aussi leur compte, du moins lorsqu’ils auront envie de quelque chose d’un peu plus festif.

De fait, l’expérience peut être poussée encore plus loin lorsque l’on maîtrise l’ensemble des mécaniques, notamment en matière de passes et d'esquives. Certes, ce n’est pas FIFA, mais les affrontements peuvent rapidement devenir assez techniques lorsqu’on affronte quelqu’un de particulièrement habile. Pour celles et ceux qui voudront perfectionner leur jeu, une (longue) série de tutoriels est notamment offerte.

Capture d'écran Nintendo Switch / Raphaël Lavoie

Bref, Mario Strikers: Battle League propose un excellent compromis entre l’accessibilité et la profondeur en matière de jouabilité. Petits et grands, amateurs ou non de soccer, apprécieront assurément le jeu rythmé et empreint de folie.

Un jeu parfait pour le multijoueur  

Ne nous faisons pas de cachettes: Battle League est avant tout un jeu multijoueur, pensé pour les affrontements à plusieurs. En ce sens, le titre de Nintendo gagne absolument à être savouré avec d’autres humains, en personne ou en ligne.

Capture d'écran Nintendo Switch / Raphaël Lavoie

Ainsi peut-on, sur une même console, s’aligner à huit joueurs, soit deux équipes complètes (en ne comptant pas les gardiens). Ceci étant, et vu la prise en main rapide du titre, vous comprendrez que Mario Strikers: Battle League deviendra pour plusieurs l’ultime jeu de party, pouvant rassembler un groupe complet d’amis devant le téléviseur. Cela dit, même à deux, l’expérience devient vite prenante et l’on se surprend à perdre la notion du temps, tellement les parties s’enchaînent sans qu’on s’en rende compte.

Le constat est assez similaire lorsqu’on se lance dans le jeu en ligne, où il est possible de jouer en équipe ou en duel, où chacun contrôle sa propre équipe. Même en matinée d'un jour de semaine, il était facile de trouver des adversaires de calibres variés, le tout pratiquement sans délai de connexion. En pleine partie, l’expérience est aussi étonnamment fluide et ne diffère pas tellement de ce que l’on constate en local.

Capture d'écran Nintendo Switch / Raphaël Lavoie

Comble du jeu en groupe, il est à noter que Battle League offre également l’occasion de rejoindre une ligue avec le mode «Club Strikers», où il est possible de se composer une équipe de 20 joueurs afin de tenter de grimper au sommet du classement mondial. Je n’ai pas tenté l’aventure personnellement, mais gageons que les fanatiques du jeu en ligne seront heureux de pouvoir s’impliquer corps et âme dans Battle League aux côtés de leurs amis.

Pourquoi passer son tour?  

En solo, il n’y a vraiment pas grand-chose à faire  

Il y a toujours deux côtés à une médaille. Et si Mario Strikers: Battle League est un jeu particulièrement excitant à plusieurs, c’est malheureusement un peu le contraire si vous êtes du genre à préférer jouer en solo.

Ainsi, à moins de vous convertir au jeu en ligne ou d’être quelqu’un qui ne se lasse pas de toujours faire à peu près la même chose, vous ne risquez pas de passer des heures devant Battle League. Par manque de modes de jeu diversifiés, de progression palpable et, tout simplement, de contenu.

Ne cherchez pas les autres modes de jeu, tout est dans ce menu.

Capture d'écran Nintendo Switch / Raphaël Lavoie

Ne cherchez pas les autres modes de jeu, tout est dans ce menu.

En toute franchise, il s’agit pour moi d’une déception certaine de ce côté. Tout particulièrement après que Mario Golf: Super Rush et Mario Tennis Aces eurent chacun offert, au cours des dernières années, un très sympathique mode aventure, question de contenter un peu mieux les joueurs solitaires de ce monde.

Ici, donc, pas de mode histoire ou de défis particuliers à relever. Une fois le tutoriel terminé, vous pourrez vous lancer dans des parties contre l’ordinateur ou, sinon, essayer de vous satisfaire avec le mode «Coupes», où six (très courts) tournois s’offrent à vous, vous opposant à des équipes spécialisées dans certains aspects du jeu (la vitesse ou les passes, par exemple).

Capture d'écran Nintendo Switch / Raphaël Lavoie

Bref, après à peine quelques heures en solo, on a fait le tour. Je comprends qu’il s’agit d’un jeu bâti pour le multijoueur, mais, après les récents jeux de sport de Nintendo qui proposaient un aspect intéressant pour les joueurs seuls, il est important de mentionner que Battle League passe tout droit de ce côté. Question d’éviter les mauvaises surprises...

Au final, il y a très, très peu de contenu, pour un jeu à 80$  

Même à plusieurs, il faut l’avouer, Battle League ne brille malheureusement pas par la variété de ses modes de jeu. La dizaine de personnages jouables, chacun avec ses compétences particulières, vient diversifier un peu l’expérience générale, mais, sinon, le tout se ressemble assez de partie en partie.

Évidemment, vu la grande qualité du gameplay, on finit par se laisser prendre au jeu et on oublie un peu que la recette reste toujours assez semblable. Certes, c’est un peu décevant pour un jeu qui, soulignons-le, se vend 80$! On ne parle pas ici de Rocket League ou d’un Fall Guys.

Capture d'écran Nintendo Switch / Raphaël Lavoie

En ce sens, cela fait particulièrement mal lorsque l’on compare l’ensemble aux nombreux jeux de sport plus sérieux chez EA ou 2K. Je ne dis pas que ceux-ci sont parfaits ou servent la même clientèle, au contraire. Par contre, il faut admettre que, pour un prix similaire, en matière de quantité de contenu, c’est une tout autre chose. 

Oui, effectivement, le passionné pourra mettre des dizaines d’heures dans Mario Strikers: Battle League, de la même manière qu’on peut s’éterniser dans Rocket League et en devenir un expert. Mais 80$ pour des matchs rapides, six coupes différentes (qui prennent chacune quelques dizaines de minutes à terminer), une ligue en ligne et un menu de personnalisation? Ça fait sourciller.

Si vous avez de l’argent à dépenser et que vous cherchez un bon jeu de sport auquel on joue à plusieurs, le tout dans un cadre joyeusement ludique, c’est réussi. Ça ne fait pas de doute. Je crois que les autres, cependant, n’en auront possiblement pas pour leur argent.

Capture d'écran Nintendo Switch / Raphaël Lavoie

À vous de voir, alors, ce que vous êtes prêt à payer pour une expérience de jeu (très) solide, mais un titre autrement un peu vide.

* Cette critique de Mario Strikers: Battle League a été effectuée avec une copie numérique fournie par Nintendo.


AUSSI SUR PÈSE SUR START 

s

s

Sur le même sujet