Les actionnaires de Twitter voteront le 13 septembre sur le rachat par Musk | Pèse sur start
/misc

Les actionnaires de Twitter voteront le 13 septembre sur le rachat par Musk

Image principale de l'article Les actionnaires voteront le 13 septembre
AFP

Le vote des actionnaires de Twitter sur son acquisition par Elon Musk aura lieu le 13 septembre, avant que s’ouvre, en octobre, le procès que le réseau social a intenté à l’homme le plus riche du monde.

• À lire aussi: Twitter contre Musk: une juge ordonne un procès en octobre

• À lire aussi: Les faux comptes au coeur de la bataille judiciaire entre Twitter et Elon Musk

Twitter a convoqué ses actionnaires pour une «réunion spéciale» par vidéoconférence, d’après des documents officiels déposés auprès de la SEC, le gendarme boursier américain, mardi.

Le contexte du vote a changé dramatiquement depuis la fin d'avril, quand le conseil d’administration du groupe et Elon Musk avaient signé un accord pour le rachat de Twitter à 54,20 dollars l’action, soit une valorisation de 44 milliards de dollars.

Le 8 juillet, le patron de Tesla et de SpaceX a mis fin unilatéralement à cet accord, au motif que la société établie à San Francisco aurait, selon lui, menti sur la proportion de comptes automatisés et de pourriels sur sa plateforme.

Twitter a ensuite lancé des poursuites contre le multimilliardaire, pour le forcer à honorer son engagement.

La semaine dernière, la juge chargée du dossier, présidente d’un tribunal spécialisé en droit des affaires, a indiqué que le procès se tiendrait en octobre et durerait cinq jours. Les deux parties n’ont pas encore réussi à se mettre d’accord sur une date.

Le conseil d’administration de Twitter, dans le passé, a appelé ses actionnaires à voter en faveur de l’acquisition le moment venu.

Son titre vaut actuellement environ 39 dollars. Si la transaction avait finalement lieu, elle représenterait une plus-value conséquente pour les actionnaires.

La décision de la juge a été perçue comme une première victoire pour la firme à l’oiseau bleu, qui avait demandé une procédure accélérée, dès le mois de septembre, pour ne pas faire durer cette période d’incertitude qui paralyse en partie l’entreprise.

Elon Musk, lui, voulait que les hostilités ne fussent pas ouvertes avant l’année prochaine, assurant que des experts devaient analyser «des montagnes de données» sur les faux comptes.

Les avocats de Twitter estiment que le fantasque entrepreneur a changé d’avis devant la récente baisse des valorisations en Bourse des entreprises technologiques.

Dans la plainte, ils l’accusent «d’hypocrisie» et de «mauvaise foi».

«Nous soupçonnons que M. Musk veut retarder ce procès suffisamment longtemps pour ne jamais avoir à rendre de comptes. [...] Il sait que dans ce genre de circonstances, une justice en retard est souvent une justice non rendue. C’est même ce qu’il espère», a assené l’un d’eux, William Savitt, lors de l’audience préliminaire du 19 juillet.