Comptes de journalistes suspendus: l'UE menace Twitter de sanctions | Pèse sur start
/misc

Comptes de journalistes suspendus: l'UE menace Twitter de sanctions

Image principale de l'article L'UE menace Twitter de sanctions
AFP

La vice-présidente de la Commission européenne, Vera Jourova, a jugé vendredi «inquiétante» la suspension par Twitter de comptes de journalistes et averti le patron du réseau social, Elon Musk, qu'il y aurait «bientôt» des «sanctions» applicables dans le cadre de la nouvelle législation européenne.

• À lire aussi: Twitter suspend sans raison les comptes d’une demi-douzaine de journalistes

«Les nouvelles concernant la suspension arbitraire de journalistes sur Twitter sont inquiétantes», a tweeté la responsable, chargée des valeurs et de la transparence au sein de l'exécutif européen.

Elle a rappelé que la loi sur les services numériques --qui devrait s'appliquer aux géants de la tECH à l'été prochain-- «exige le respect de la liberté des médias et des droits fondamentaux».

«Elon Musk devrait en être conscient. Il y a des lignes rouges. Et des sanctions, bientôt», a-t-elle dit.

Elle a aussi affirmé que le Media Freedom Act, un projet de règlement actuellement en discussion destiné à protéger la liberté de la presse et le pluralisme des médias, renforcerait la législation européenne.

Twitter a suspendu jeudi les comptes de plusieurs journalistes qui couvraient le réseau social et son nouveau propriétaire Elon Musk. Parmi eux figurent des employés de médias comme CNN, le New York Times, ou le Washington Post, d'autres étant des journalistes indépendants.

La loi sur les services numériques (DSA), un règlement historique entré en vigueur en novembre, impose une longue liste de règles aux plateformes en matière notamment de lutte contre la désinformation, contre les discours haineux, d'utilisation des données sensibles, ainsi que des obligations de transparence.

Les très grandes plateformes en ligne (plus de 45 millions d'utilisateurs dans l'UE), comme Twitter, devront appliquer cette législation «vers l'été 2023».

Ces grands acteurs seront placés directement sous la surveillance de la Commission européenne, qui pourra leur infliger des amendes allant jusqu'à 6% de leur chiffre d'affaires mondial, voire une interdiction d'opérer dans l'UE en cas d'infractions graves répétées.

Fin novembre, le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, avait déjà averti Elon Musk qu'il devrait «significativement augmenter les efforts» pour se conformer aux règles de l'UE, après l'annonce par ce réseau social du rétablissement en masse de comptes bannis et de la fin de la lutte contre la désinformation sur le COVID.

Thierry Breton avait alors rappelé que le patron de Twitter s'était engagé en mai à se conformer à la nouvelle législation européenne.