Pokémon: Let’s Go est une lettre d’amour aux fans de la première génération | Pèse sur start
/critiques

Pokémon: Let’s Go est une lettre d’amour aux fans de la première génération

Image principale de l'article Pokémon: Let’s Go est une lettre d’amour aux fans

 Depuis quelques jours, j’ai 10 ans. Je me promène un peu partout avec ma Game Boy Color et je cherche désespérément M. Mime. Je travaille fort aussi pour que mon Clefairy puisse apprendre de meilleures attaques, mais je suis patiente. Je suis une bonne entraîneuse. I wanna be the very best. 

 Sauf que ma Game Boy Color est plutôt une Switch et je ne joue pas à Pokémon Yellow, je joue à Pokémon: Let’s Go Eevee! qui sort demain. Nintendo m’a bien eue; j’ai cru pour un instant que j’étais de retour à la garderie et que j’allais annoncer à Alexandra que mon Pidgey avait enfin évolué. Bien joué, Nintendo.       

 En fait, ce sont deux jeux qui sortent demain. Une version où Eevee vous accompagne et une autre avec Pikachu. À vous de choisir.        

 Les jeux Let’s Go sont des remakes améliorés de Pokémon Yellow afin de souligner les 20 ans de ce dernier. Ce ne sont pas des suites du très populaire Pokémon GO, malgré les quelques intégrations liées au jeu mobile. On est même pas mal loin de ça, on est de retour à la toute première génération!       

 
Le jeu       

 Vous êtes à Kanto en tant que jeune dresseur. Votre Pokémon «accompagnateur» est déterminé selon la version de jeu que vous choisissez et sera votre bff tout au long de l’aventure. Vous allez pouvoir le flatter, l’habiller, lui donner des bonbons et, surtout, l’utiliser lors de vos combats. À noter que ce Pokémon ne va pas évoluer, mais rien ne vous empêche d’en trouver un autre dans la nature.     

 Il y a 151 différents Pokémons à travers Kanto; ceux de la première génération. Vous pouvez attraper 50 fois la même «race» de Pokémon; plus vous en attrapez, plus votre XP montera. J’ai mal commencé le jeu, car j’évitais les doublons, mais j’ai rapidement corrigé le tout en attrapant près de 25 Psyduck juste pour faire monter le XP de mes 6 Pokémons principaux afin qu’ils soient plus forts en combat. Là, j’attrape tout. Attrapez-les tous.    

  Parce que des Pokémons, y’en a. Ouf. Au début, j’étais tannée de foncer dans les maudits Rattatas et Pidgeys. Ils étaient partout! Maintenant que je suis rendue beaucoup plus loin dans l’aventure cependant, je comprends ce que Nintendo voulait faire. J’aurais eu beaucoup moins de misère à battre mes premiers «Gym Leaders» et adversaires si j’avais attrapé plus de monstres et battu plus de dresseurs dès le début. 

 Sinon, on suit la formule Pokémon que l’on connaît bien: attraper & dresser nos personnages et se battre contre d’autres dresseurs. Sauf qu’il y a quelques nouveautés qui changent, selon moi, totalement le gameplay: au lieu de tomber sur des Pokémons par hasard dans le gazon, vous les voyez très bien et pouvez choisir d’aller les chercher. Plus besoin de vous battre contre eux pour les attraper, vous n’avez qu’à lancer votre Poké Ball comme dans Pokémon GO. Plus un Pokémon est difficile à attraper, plus vos stats vont augmenter.   

 Vous pouvez vous procurer la Poké Ball Plus aussi, un accessoire qui vous permet d’avoir l’impression de vraiment utiliser une Poké Ball lorsque vous attrapez vos monstres, mais elle n’est pas très confortable. Je crois que le jeu se joue mieux en mode portable, sans «gugusses».       

 Pour vous battre et échanger en ligne, vous devez avoir un compte Nintendo Online payant. C’est la vie. Sinon, les options Global Trade System, Battle Spot et Wonder Trade n’ont pas été intégrées au jeu. Il y a aussi le combat et l’échange en mode local.   

 
 

 Question de feeling        

 Nintendo mise aussi sur votre relation avec vos Pokémons. En plus d’avoir un accompagnateur, vous pouvez en sortir un autre Pokémon de sa Poké Ball et il vous suivra. Dans certains cas, s’ils sont assez gros, vous allez pouvoir monter dessus et vous déplacer avec lui. J’ai tellement hâte de monter sur un Rapidash! N’oubliez pas d’interagir avec eux, aussi. Ça ne donne vraiment rien, mais ça fait du bien.   

 Même s’il y a des méchants dans le jeu, ils sont juste un peu baveux. Les autres NPCs vont vous donner des conseils et indices, en plus de vous dire de lâcher la console de temps en temps. Cute.  

 On ne réinvente pas la roue avec Pokémon: Let’s Go. C’est pas mal la même formule qu’on a connue auparavant, mais il y a un je-ne-sais-quoi avec ce titre. Peut-être parce que c’est une sorte de remake de Pokémon Yellow. Peut-être aussi avec ses intégrations Pokémon Go. Mais je pense surtout que Nintendo a le don, à travers ses dialogues et options, de vous rendre attaché à votre petite équipe. Ça passe bien le temps, c’est fluide, coloré, beau et bon.

 Et surtout, c’est le jeu parfait pour faire découvrir la franchise Pokémon à vos enfants. Il a l’âme du jeu de votre enfance dans un emballage totalement moderne, avec des combats où l’on ne voit pas de violence. C’est une vraie lettre d’amour aux fans des premiers jeux. 

 Il me reste encore quelques gyms à battre alors ma note est provisoire, mais pour l’instant, c’est un 8.5/10.        

 Les jeux Pokémon Let’s Go Eevee! / Let’s Go Pikachu! sortent le 16 novembre sur la Nintendo Switch.      

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus