Dune: «ce sera un sprint pour terminer le film à temps», affirme Denis Villeneuve | Pèse sur start
/news

Dune: «ce sera un sprint pour terminer le film à temps», affirme Denis Villeneuve

Denis Villeneuve et Javier Bardem sur le plateau de tournage du film Dune.
Photo courtoisie, Chiabella James pour Warner Pictures

Denis Villeneuve et Javier Bardem sur le plateau de tournage du film Dune.

La pandémie n’aura certainement pas simplifié le tournage déjà difficile de l’adaptation de Dune menée par Denis Villeneuve, qui doit toujours paraître en décembre prochain.

• À lire aussi: Dune: des scènes devront être tournées à nouveau cet été

• À lire aussi: Dune: «c’est de loin la chose la plus difficile que j’ai faite dans ma vie», affirme Denis Villeneuve [NOUVELLES IMAGES]

Dans une entrevue vidéo pour le Festival international du film de Shanghai, rapportée par Indie Wire, le réalisateur québécois a souligné que la crise sanitaire mondiale avait «écrasé» l’horaire de production du long métrage, en plus de complexifier le second tournage de certaines scènes.

«Ce sera un sprint pour terminer le film à temps, parce qu’on nous a permis de retourner tourner certains éléments dans les prochaines semaines. Ça veut aussi dire que je vais devoir finir quelques aspects, comme les effets spéciaux et le montage, depuis Montréal, alors que mon équipe est restée à Los Angeles», a soutenu Villeneuve.

Le cinéaste a d’ailleurs confié que le montage à distance de Dune, loin de son monteur Joe Walker, pandémie oblige, était l’un des plus grands défis auxquels il était confronté ces jours-ci.

«Je réalise à quel point le montage, c’est comme jouer de la musique avec quelqu’un. Tu as besoin d’être dans la même pièce. Il y a quelque chose à propos de l’interaction humaine, la spontanéité, l’énergie dans la pièce. Je m’ennuie vraiment de ne pas être dans la même pièce que mon monteur. C’est très, très douloureux», a-t-il précisé.

«Peut-être que l’une des raisons [pour lesquelles j’ai besoin d’être avec lui], c’est que le monteur agit aussi comme un psychiatre. Il est le seul qui gère mon TOC, mes attaques de panique et mes peurs, et qui accueille mes joies. À l’avenir, si quelque chose comme ça arrive à nouveau, je vais m’assurer que mon monteur n’est pas loin de moi», a ajouté Villeneuve.

Malgré les complications engendrées par la COVID-19, l’adaptation du réalisateur de Dune doit toujours sortir en salle le 18 décembre prochain en Amérique du Nord.

À REGARDER  

s

Sur le même sujet

Commentaires