Morbius: Jared Leto a fait un Jared Leto de lui-même et est resté dans son personnage pendant tout le tournage | Pèse sur start
/entertainment/cinema

Morbius: Jared Leto a fait un Jared Leto de lui-même et est resté dans son personnage pendant tout le tournage

Jared Leto dans Morbius
Capture d'écran YouTube

Jared Leto dans Morbius

Ce n’est plus un secret pour personne, Jared Leto est un drôle d’individu.

• À lire aussi: Jared Leto, interprète du Joker et de Morbius, admet manger... tout nu

• À lire aussi: Suicide Squad: Jared Leto aurait bien offert un rat à Margot Robbie, selon Viola Davis

L’acteur est reconnu pour s’immerger un peu trop profondément dans ses rôles. Se préparant à incarner le Joker, il aurait offert un rat à Margot Robbie et envoyé des condoms usagés à d’autres membres de la Suicide Squad. Sur le plateau de Blade Runner 2049, il se serait rendu non-voyant pour l’ensemble du tournage avec une paire de verres de contact opaques.

Bref, les anecdotes qui font sourciller ne manquent pas. Et sans grande surprise, Leto a récidivé avec sa fameuse méthode en tournant (le très mal reçu) Morbius avec le réalisateur Daniel Espinosa.

C’est ce dernier, en entrevue avec Uproxx, qui a confirmé la rumeur selon laquelle Jared Leto était resté dans son personnage pendant toute la production, même pour aller aux toilettes, retardant considérablement la production. Michael Morbius étant atteint d’une rare maladie, celui-ci se déplace difficilement en béquilles. C’est donc exactement ce qu’a fait Leto chaque fois qu’il devait aller au petit coin.

Finalement, pour accélérer le processus, l’acteur a accepté qu’on le déplace aux toilettes en fauteuil roulant.

Appelé à commenter le tout, le réalisateur de Morbius n’a pas critiqué Leto, respectant au contraire son processus créatif et affirmant qu’en tant que cinéaste, il devenait soutenir «tout ce qui rend [un acteur] aussi bon que possible».

«Je pense que ce que Jared pense, ce que Jared croit, c’est que d’une certaine manière la douleur de ces mouvements, même quand il jouait un Michael Morbius normal, il en avait besoin, parce qu’il a ressenti cette douleur toute sa vie», a-t-il opiné.

Le réalisateur de Morbius réagit aux critiques négatives

Lors de la même tournée de presse, Daniel Espinosa a aussi été appelé à réagir aux critiques profondément mauvaises qu’a reçues Morbius depuis sa sortie vendredi dernier au cinéma.

Le film tiré de l’univers de Marvel a ainsi cumulé en quelques jours seulement une myriade de notes et commentaires négatifs, comme le démontre assez bien le (très) maigre 16 % de bonnes critiques que recueille le long-métrage à ce jour selon Rotten Tomatoes.

Alors, comment est-ce que le réalisateur survit à cette vague d’échos un peu tristes?

Pas si mal, de toute évidence. Parlant à Insider, Espinosa a affirmé que, peu importe ce que les critiques pensaient de son dernier film, il avait «beaucoup d’haine envers soi-même» et critiquait donc déjà pas mal son propre travail.

«J’essaie toujours de m’efforcer d’être meilleur, mais je suis aussi fier de ce que je fais. Il y a des passages de tous mes films qui me rendent vraiment fier», a-t-il précisé.

Le cinéaste pourra au moins se consoler avec les recettes acceptables de Morbius aux guichets jusqu’à maintenant, qui lui a permis de décrocher la première position du box-office nord-américain le week-end dernier.

C’est au moins ça de pris!


AUSSI SUR PÈSE SUR START

s

s

Sur le même sujet