Borat 2: Sacha Baron Cohen retourne aux États-Unis et fout le bordel [CRITIQUE] | Pèse sur start
/critiques

Borat 2: Sacha Baron Cohen retourne aux États-Unis et fout le bordel [CRITIQUE]

Critique de Borat Subsequent Moviefilm: Delivery of Prodigious Bribe to American Regime for Make Benefit Once Glorious Nation of Kazakhstan.

Image principale de l'article Sacha Baron Cohen retourne aux États-Unis
Amazon Studios

Quatorze ans après sa première aventure aux États-Unis, le journaliste du Kazakhstan Borat Sagdiyev (Sacha Baron Cohen) est de retour à l’aube des élections américaines avec un nouveau film, Borat Subsequent Moviefilm: Delivery of Prodigious Bribe to American Regime for Make Benefit Once Glorious Nation of Kazakhstan.

• À lire aussi: Borat 2: Sacha Baron Cohen a eu peur de mourir pendant le tournage

• À lire aussi: Borat 2: Sacha Baron Cohen remercie Donald Trump d'avoir fait de la «publicité gratuite» pour le film

Après avoir passé plusieurs années dans un camp de travail forcé – pour avoir fait honte à son pays en raison de son premier reportage américain –, Borat a une nouvelle mission. Le leader du Kazakhstan lui demande de livrer un cadeau à Mike Pence afin de rétablir l’image du pays. Si Borat ne réussit pas, il sera exécuté. Wawaweewa.

Borat est accompagné de sa fille Tutar (Maria Bakalova), qu’il ne connaît pas du tout. Durant le voyage, Borat, qui a malheureusement «perdu» le cadeau prévu pour Mike Pence, décide qu’il lui offrira plutôt sa fille. Je dois souligner ici l’excellent travail de Maria Bakalova, qui a livré une performance si solide qu’elle a volé plusieurs scènes à celui qui incarne son père. 

Borat 2 (on va l’appeler comme ça pour simplifier les choses) a une intrigue beaucoup plus précise que son prédécesseur. La formule du premier, qui est un peu un ramassis de clips niaiseux montés ensemble pour donner une histoire, ne fonctionne peut-être pas en 2020 parce que l’on connaît trop bien Borat. C’est grâce à son histoire plus béton que la suite tient un peu plus la route du début à la fin. Les rencontres ne sont pas moins bordéliques en raison de l’intrigue, mais il est vrai qu’on force parfois un peu le contexte pour que celui-ci ait rapport avec l’histoire du film. Ça va en déranger certains; moi, j’ai adoré, car la relation entre Borat et sa fille est complètement dingo. 

Un film très 2020    

Le film explique assez tôt que Borat est indéniablement trop facile à reconnaître. Donc Borat, qui est déjà un costume, doit se trouver plusieurs autres costumes afin de se faufiler dans des magasins et des événements sans être démasqué. Le film serait beaucoup moins crédible sans les nouveaux costumes, parce qu’il est difficile de croire que Borat puisse encore piéger du monde en 2020.

Justement, Borat 2 est très d’actualité. L’intrigue est adaptée à la réalité de la pandémie en utilisant son contexte afin de mettre en scène des adeptes de Trump, qui croient que la COVID-19 est un canular. Ils croient aussi que les Clinton boivent du sang d’enfants. Bref, ça fait d'excellentes scènes.

SPOILER

Cette fois-ci, il est impossible de dire que personne n’est à l’abri de Borat. Le film cible clairement les groupes plus conservateurs, comme le pasteur d’une clinique antiavortement qui apprend que Borat a mis sa fille enceinte et ne le condamne pas. Mais il condamne l’idée d’un avortement, cependant. «Jesus ne fait pas d’erreur», selon lui. Borat rencontrera aussi des adeptes de QAnon, des antimasques et demandera même à une pâtissière d’écrire une phrase antisémite sur un gâteau. 

FIN SPOILER

L’argument que tout est arrangé lors du montage reviendra souvent. Que c’est arrangé avec le gars des vues. La fameuse scène avec Rudy Giuliani a certainement eu lieu en raison d’un piège béton, mais ça n’efface en aucun cas les commentaires qu’il fait durant son entrevue avec Tutar, la fille de Borat. Montage ou pas, Borat 2 met beaucoup de personnes dans des situations où elles se sentent à l'aise de dire et de faire des choses surprenantes. 

Après tout, Sacha Baron Cohen a réussi dans son émission Who is America à faire signer à Dick Cheney une bouteille de waterboarding (simulation de noyade), en lui disant exactement à quoi cette bouteille servait. C'est cette énergie-là que Cohen a apportée à Borat 2, un film d'excellents pièges qui ne peuvent être toujours excusés par la magie du montage. 

 Borat Subsequent Moviefilm: Delivery of Prodigious Bribe to American Regime for Make Benefit Once Glorious Nation of Kazakhstan est disponible sur Prime Video .

À REGARDER

s

À lire aussi

Et encore plus