Ratchet and Clank: Rift Apart aurait été complété sans «crunch» selon plusieurs artisans | Pèse sur start
/news

Ratchet and Clank: Rift Apart aurait été complété sans «crunch» selon plusieurs artisans

Ratchet and Clank: Rift Apart
Image courtoisie Insomniac Games

Ratchet and Clank: Rift Apart

Possible de faire un jeu à grand déploiement en 2021 sans qu’un studio demande à ses employés de faire des heures supplémentaires obligatoires, ou du crunch, comme l’industrie les appelle? Il semblerait que oui, selon des artisans d’Insomniac Games qui ont planché sur Ratchet and Clank: Rift Apart.

• À lire aussi: Ratchet & Clank: Rift Apart est un jeu incroyable pour la PS5 [CRITIQUE]

• À lire aussi: Les nouveaux jeux PlayStation, Xbox, Switch et PC à venir en juin 2021

«J’aimerais que les gens partagent cette [publication] positive. Parce que c’est important. [Ratchet and Clank: Rift Apart] a un score moyen de 89 et je ne peux parler que pour moi-même, mais je n’ai pas fait de crunch une seule fois. Des semaines de 40h tout le temps. Il est possible de travailler sur un excellent jeu sans souffrance», a partagé Grant Parker, un designer de jeu d’Insomniac Games, sur Twitter jeudi.

Parker a réitéré dans un autre tweet qu’il ne pouvait parler que de sa propre expérience positive, mais que, dans l’ensemble, il avait été «très encouragé» par la façon dont ses patrons l’avaient «poussé activement à éviter de s’épuiser».

Une de ses collègues, l’animatrice Lindsay Thompson, a abondé dans le même sens quelques minutes plus tard, toujours sur Twitter.

«Je n’ai pas fait de crunch une fois, pour l’entièreté de la production. Quelques longues soirées ici et là à finir quelque chose, mais complètement sans crunch. C’est possible. Le bien-être d’une équipe libère la créativité», a-t-elle indiqué.

«Oui j’ajouterai, moi aussi, que je parle pour moi-même. Je crois que l’équipe dans son ensemble n’a pas souffert du crunch et que notre direction a certainement encouragé cela», a ajouté Thompson.

D’autres employés d’Insomniac Games ont depuis ajouté leur voix aux propos de Parker et Thompson, comme un autre animateur, Jeff Weidner, notant qu’il avait «travaillé fort», mais qu’on ne l’avait jamais obligé à mettre des heures supplémentaires contre son gré.

Après plusieurs reportages au cours des dernières années rapportant du crunch et des conditions de travail difficiles pour des équipes derrière de grosses productions, comme Cyberpunk 2077 notamment, il est peu encourageant de lire que ce ne serait pas toujours le cas.

Surtout que, jusqu’à maintenant, les critiques de Ratchet and Clank: Rift Apart sont pour la plupart dithyrambiques et donnent raison à Insomniac Games d’avoir de toute évidence encouragé un sain climat de travail au sein de son studio. En espérant (très fort) que cela inspire d’autres employeurs à faire de même...

s

s

Sur le même sujet