Valérie Roberts fait son coming out geek! | Pèse sur start
/news

Valérie Roberts fait son coming out geek!

Image principale de l'article Valérie Roberts fait son coming out geek!
Illustration: Christine Lemus

Animatrice ultra-occupée (au 96,9 ainsi qu’au 98,5, notamment), Valérie Roberts a accepté un nouveau mandat, celui de porte-parole du MEGA+MIGS, un festival qui rassemblera l’industrie du jeu vidéo locale et ses fans du 16 au 19 novembre, au Grand Quai du Port de Montréal.  

Bien qu’elle soit surtout connue pour ses suggestions culturelles, Valérie est geek depuis qu’elle est toute jeune.  

Elle nous raconte ici son cheminement.    

Ta passion pour les jeux vidéo est quand même un brin méconnue du grand public... 

C’est drôle, car pendant des années – et encore maintenant – je jouais énormément à des jeux vidéo, mais ça a toujours appartenu à la sphère personnelle. Je joue depuis que je suis super jeune.    

J’ai commencé avec le premier Nintendo, puis Sega, en jouant à Sonic tout particulièrement. Récemment, j’ai passé huit heures, dans un vol d’avion, à jouer à Link’s Awakening.     

Comme je parle généralement de culture et de mode dans les médias, on ne m’associe pas vraiment aux jeux vidéo.    

As-tu d’autres passions geek «secrètes?  

Je suis une grande fan d’astronomie.    

Je suis religieusement les comptes Instagram de la NASA et du télescope Hubble, notamment.    

J’aime tellement ça qu’on prévoit actuellement un voyage au Chili. Mon chum va y déguster des vins et, moi, je vais visiter le Très Grand Télescope, un réseau de télescopes hyper-puissants situé dans le désert d’Atacama.    

Comment s’est fait le lien entre toi et le MEGA+MIGS?  

Moi, je suis une grand fan des produits Nintendo et j’ai rencontré l’attachée de presse [de l’entreprise au Québec], qui a commencé à m’envoyer de petits trucs.     

C’est elle – qui a également un mandat avec le MEGA+MIGS – qui m’a approchée, parce qu’elle voulait rejoindre un public qui, peut-être, ne s’intéresserait normalement pas à un événement du genre, car il joue de manière plus casual.    

Un peu comme moi!     

Depuis que tu as obtenu ce rôle de porte-parole, t’es-tu familiarisée davantage avec ce qui se fait localement?  

Avec ce mandat-là, je voulais justement découvrir l’industrie locale.     

J’ai notamment découvert les jeux de Triple Boris. Je devrais peut-être enlever leur jeu Tiny Derby de mon téléphone, en fait, tellement je peux passer de temps dessus!    

J’ai aussi été étonnée qu’un studio local, Ludia, travaille sur des jeux Jurassic Park. C’est fou le nombre de jeux produits ici – par des géants comme Ubisoft, mais aussi des studios indépendants – qui sont connus mondialement!    

Disons qu’un studio t’offre de créer un jeu vidéo inspiré de toi. De quoi ça aurait l’air?  

J’aime beaucoup les «time management games», les jeux où on doit enchaîner des actions le plus rapidement et le plus efficacement possible pour des personnages. Des jeux stressants et où il faut performer, bref.    

J’aime aussi les jeux de quêtes à la Zelda, évidemment.    

Pour mon jeu, j’aimerais que ça se déroule dans le monde de la culture. Évidemment, il y a eu la vague des Guitar Hero, à laquelle j’ai joué en malade, mais pas grand-chose depuis, non?    

J’aimerais donc un jeu qui se déroule dans le domaine de la culture et lié à la performance, et des quêtes!      

  • Pour avoir plus de détails sur le MEGA+MIGS: megamigs.com   

À ne pas manquer: un enregistrement de podcast épouvantable!  

La joyeuse bande des Mystérieux Étonnants sort de son studio pour enregistrer un épisode halloweenesque devant public au Brouhaha (5860, De Lorimier) en compagnie d’invités de marque... et, malheureusement, de l’«influenceur» Étienne Forest.    

Une bonne excuse pour assister à l’événement, bien sûr, mais aussi pour se retrouver entre geeks autour d’une pinte savoureuse.      

À ne pas manquer: une soirée cinéma consacrée à la science-fiction  

Pour une 18e édition, le festival de cinéma de genre Spasm prend d’assaut Montréal.    

Fidèle à sa réputation, l’événement rassemblera classiques (Ghostbusters, notamment, pour souligner son 35e anniversaire), courts-métrages méconnus, œuvres internationales et productions locales... ainsi qu’un party où des archives gênantes de lutte seront à l’honneur avec le tandem Total Crap.    

Pour les plus geeks, il y aura une soirée de films de science-fiction le 19 octobre au Théâtre Plaza.      

À voir: un choc de titans entre Denis Talbot et Mike Ward  

Soyons brefs, Mike Ward n’ayant vraiment pas besoin de présentation dans le podcast game.    

Au cas où vous l’auriez manqué, toutefois, soulignons tout de même la pertinence de l’épisode 239 de sa série Sous écoute, où Ward jase avec l’animateur et geek en chef Denis Talbot en compagnie de l’humoriste Jerr Alain.    

À en croire les fans de la baladodiffusion, cette rencontre improbable compte parmi les meilleures organisées par Ward.

Sur le même sujet

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus