Black Widow: «C’est bon à mettre à la poubelle», dit un acteur du premier Blade | Pèse sur start
/news

Black Widow: «C’est bon à mettre à la poubelle», dit un acteur du premier Blade

Scarlett Johansson dans Black Widow et Stephen Dorff
Photos courtoisie Disney et AFP

Scarlett Johansson dans Black Widow et Stephen Dorff

Stephen Dorff fait partie des acteurs qui ont eu l’opportunité de jouer dans l’un des premiers films Marvel, qui a ouvert la porte à la déferlante de superhéros des deux dernières décennies. Il est ici question de Blade, le long-métrage de 1998 qui met en scène un Wesley Snipes aux longues canines, qui part faire la chasse à ses vilains congénères.

• À lire aussi: Black Widow: travailler avec Scarlett Johansson était «un pur bonheur», affirme Florence Pugh

• À lire aussi: Black Widow: le mari de Scarlett Johansson avait peur de se faire «spoiler»

Mais aujourd’hui, Stephen Dorff n’accepterait pas d’apparaître dans un Marvel tant il trouve que les dernières productions des studios sont catastrophiques. D’ailleurs, pour lui, Black Widow, la toute dernière superproduction avec Scarlett Johansson, est tout bonnement mauvaise.

«Je cherche encore à dénicher les bons projets, parce que je ne veux pas être dans Black Widow. C’est bon à mettre à la poubelle pour moi, a déclaré Stephen Dorff lors d’un entretien accordé à The Independent. Ça ressemble à un mauvais jeu vidéo. J’ai honte pour ces gens. J’ai honte pour Scarlett! Je suis sûr qu’elle a été payée cinq ou sept millions, mais je me sens gêné pour elle. Je ne veux pas être dans ces films. Vraiment pas. Je vais trouver ce réalisateur débutant qui va être le prochain Kubrick et je jouerai pour lui à la place.»

Au-delà de Marvel, l’acteur admet qu’il ne se retrouve pas dans le Hollywood actuel en général.

«Vous avez des acteurs qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’ils font, a-t-il continué. Vous avez des réalisateurs qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’ils font. Nous sommes tous dans ces petites boîtes sur les plateformes de streaming. Télévision, cinéma, ce n’est plus qu’un gros bordel de contenus maintenant.»

À VOIR AUSSI

s

s

s

Sur le même sujet