No Time to Die: le look de vilain de Rami Malek a dérouté Daniel Craig pendant le tournage | Pèse sur start
/news

No Time to Die: le look de vilain de Rami Malek a dérouté Daniel Craig pendant le tournage

Rami Malek dans No Time to Die
Capture d'écran YouTube

Rami Malek dans No Time to Die

Rami Malek a fait peur à Daniel Craig lorsqu'il a débarqué sur le plateau de tournage de No Time to Die dans son costume de vilain.

• À lire aussi: No Time to Die: Rami Malek n’est pas ressorti indemne de son rôle dans le film

• À lire aussi: Rami Malek pense que le prochain James Bond sera l'un des films les plus importants de sa carrière

L'acteur oscarisé incarne le mystérieux Safin dans le 25e James Bond, face à l'acteur britannique qui y incarne 007 pour la dernière fois. Et la vedette américaine a révélé que son collègue de 52 ans avait pris peur lorsqu'il l'a vu porter ses prothèses et son maquillage, mettant en valeur les nombreuses cicatrices faciales de son personnage.

«Ce n'est pas le méchant typique des films James Bond à la Savile Row auquel nous sommes habitués, a déclaré la star de Bohemian Rhapsody à GQ. Je pense que quand j'ai rencontré Daniel pour la première fois avec ce maquillage, il a reculé d'un pas. C'était déjà un bon signe.»

L'acteur de 39 ans a également révélé que l'esprit de collaboration entre les acteurs et les scénaristes avait été essentiel à la réalisation du film, et il a raconté qu'un dîner bien arrosé avec Daniel Craig les avait aidés à réussir une scène difficile entre Safin et l'espion du MI6.

«Je me souviens que Daniel m'a pris dans ses bras à ce moment-là. On était juste aux anges», a-t-il déclaré, notant qu'ils avaient fêté le fait d'avoir compris la dynamique de leurs personnages. «Nous avons bu quelques Negronis. Il en a fait quelques-uns lui-même à la fin. M. Craig sait préparer d'excellents cocktails.»

No Time to Die, avec Lea Seydoux, Naomie Harris, Jeffrey Wright, Christoph Waltz, Lashana Lynch et Ana de Armas, sortira en avril 2021.

À REGARDER 

s

Sur le même sujet

Commentaires

À lire aussi

Et encore plus