Call of Duty: près d’un demi-million de tricheurs bannis de Warzone | Pèse sur start
/news

Call of Duty: près d’un demi-million de tricheurs bannis de Warzone

Call of Duty: Warzone
Image courtoisie Activision

Call of Duty: Warzone

C’est confirmé, faire la guerre aux tricheurs de Call of Duty: Warzone est définitivement –et malheureusement– un travail à temps plein chez Infinity Ward et Raven Software.

• À lire aussi: Call of Duty: jusqu’à 57,8 Go pour une mise à jour de Warzone... qui réduira la taille du jeu

• À lire aussi: Call of Duty: les maps de Black Ops Cold War, classées de la pire à la meilleure

Les studios ont ainsi annoncé en début de semaine avoir banni de façon permanente plus de 475 000 joueurs du populaire battle royale gratuit depuis sa sortie en mars 2020.

Dans un billet de blogue, les développeurs ont souligné qu’ils avaient d’ailleurs effectué une nouvelle frappe importante dimanche dernier, la septième du genre depuis février. Cela s’ajouterait à des suspensions octroyées «sept jours sur sept» à des tricheurs coupables «d’infractions individuelles» ou encore à des «récidivistes».

«La combinaison de bannissements quotidiens et de vagues à grande échelle fait partie intégrante de nos efforts», peut-on lire sur le site de Call of Duty.

Par ailleurs, les studios affirment également continuer de s’attaquer au «marché commercial» des fournisseurs et revendeurs d’outils de triche. En ce sens, ils auraient banni récemment «45 000 comptes frauduleux du marché noir, utilisés par des récidivistes».

«[Bannir] les tricheurs et leur enlever la capacité d’utiliser des comptes alternatifs est un objectif clé pour nos équipes de sécurité», précise-t-on.

Évidemment, ces nouveaux efforts ne risquent pas d’envoyer complètement aux oubliettes l’épineux dossier de la triche dans Call of Duty: Warzone, qui se révèle tristement omniprésent depuis la parution du jeu en ligne l’an dernier.

Entre temps, Activision et ses studios responsables de Warzone disent avoir multiplié les efforts pour venir à bout du fléau, mais, comme la plupart des mauvaises herbes, le problème semble toujours refaire surface.

Pèse sur start a d’ailleurs couvert très, très, très, très, très souvent la question. On espère désormais ne pas trop avoir à le faire souvent d’ici la fin de 2021...

s

s

Sur le même sujet